Connexion
/ Inscription
Mon espace

Pouvoir d’achat immobilier 2007/2012 : des disparités de plus en plus prononcées selon les villes et les profils des acquéreurs

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

A partir des données issues de Capacim, le Crédit Foncier et l’Université Paris-Dauphine ont réalisé une étude consacrée à l’évolution de la capacité d’achat immobilier des ménages au cours des 6 dernières années de crise de 2007 à 2012 :

 

1- Très forte disparité de la capacité d’achat immobilier d’une ville à une autre.

Cette hétérogénéité territoriale est double : elle est celle des prix de l’immobilier mais également celle de la demande. Deux métropoles régionales aux prix immobiliers comparables peuvent afficher une capacité d’achat immobilier différente en fonction des spécificités de leurs populations. Fin 2012 :

- 6 ménages sur 10 sont en capacité d’acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins dans une des dix métropoles de Province ;

- 1 ménage sur 2 est en capacité d’acheter un bien immobilier correspondant à ses besoins dans une des dix-neuf villes d’Ile-de-France (hors Paris) ;

- 1 ménage sur 3 est en capacité d’acheter un bien immobilier correspondant à ses besoins à Paris.

Au-delà de ces moyennes, le baromètre Capacim évolue de façon significative ville par ville :
- en Ile-de-France de 28% à Neuilly-sur-Seine à 71% à Evry ;
- en Province de 46% à Marseille à 70% à Rennes (données à fin 2012).

En Ile-de-France, les évolutions de pouvoir d’achat immobilier les plus significatives s’observent :
- à la hausse : à Palaiseau (+6,8%), Cergy (+4,7%) et Evry (+4,5%) ;
- à la baisse : à Neuilly-sur-Seine (-19,2%), Paris (-17,6%), Boulogne-Billancourt (-12,4%).

En Province, les évolutions les plus significatives s’observent :
- à la hausse : à Toulouse (+6,0%), Lyon (+4,9%) et Nancy (+3,4%) ;
- à la baisse: à Rouen (-1,3%), Bordeaux (-4,9%) et Marseille (-14,9%).

 

2- La période d’observation de cette étude correspond à celle de la crise qui a pénalisé de façon constante la solvabilité des ménages.

Ceci ne signifie pas pour autant que l’évolution de la capacité d’achat immobilier des ménages au cours des six dernières années ait été linéaire. Les mouvements contrastés enregistrés sur les prix immobiliers et sur les taux d’intérêt ont en effet eu un impact plus important sur le pouvoir d’achat immobilier que l’évolution des revenus ou du patrimoine des ménages.

 

3- La progression des prix de l’immobilier a favorisé ceux qui étaient déjà propriétaires.

La capacité d’achat immobilier des « secundo-accédants »(88% en Province ; 85% en Ile-de-France hors Paris) est trois fois supérieure à celle des « primo-accédants »(respectivement 27 et 29%).

 

4 - La capacité d’achat immobilier des futurs acquéreurs dépend fortement de leur âge. C’est à nouveau à Paris que les écarts générationnels sont les plus importants : moins d’un ménage sur cinq (18%) âgé entre 25 et 45 ans et résidant en Ile-de-France est en mesure d’acheter un bien immobilier correspondant à ses besoins dans la capitale française contre 47% pour la classe d’âge des 45 /60 ans et 55% pour celle des plus de 60 ans.

Un écart générationnel moins significatif en Province : les villes les plus accessibles pour les 25/45 ans sont Nancy (71,0%), Strasbourg (66,7%), Rennes (63,2%) et Toulouse (60,9%).

 

Crédit Foncier. Spécialiste du financement des projets immobiliers depuis 1852, le Crédit Foncier propose aux particuliers, aux acteurs du secteur public ainsi qu'aux entreprises, des solutions et des services innovants précisément adaptés à leurs besoins. Au cours des 20 dernières années, il a permis à plus de 3 millions de ménages de devenir propriétaires en développant des solutions de financement personnalisées.
www.creditfoncier.com

 

L’Université Paris-Dauphine est un grand établissement d’enseignement supérieur exerçant des activités de formation (initiale et continue) et de recherche dans le champ des sciences des organisations et de la décision (gestion, économie, mathématiques, informatique, droit, sociologie et science politique). Avec 386 professeurs permanents, 9500 étudiants dont 4566 en Master, et plus de 159 formations de niveau Licence, Master et Doctorat.
www.dauphine.fr

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Immobilier de luxe : clignotants au vert-dollar chez les « gilets gold »

Loin des préoccupations du Grand débat national, les millionnaires et milliardaires internationaux continuent de prospérer et d'acquérir de l'immobilier. Focus sur cette population peu nombreuse mais très active. Toujours plus riches, toujours plus nombreux : ça va bien pour les High Net Worth Individuals (HNWI, plus de 3 millions de dollars de patrimoine, soit 2,6 millions d'euros) et encore mieux pour les Ultra-HNWI (plus de 30 millions de dollars de patrimoine). Le nombre de ces derniers,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Loi Denormandie : jusqu' à 90% des annonces éligibles dans les villes concernées

Afin d'augmenter l'offre des logements dans les villes moyennes, le ministre en charge du Logement, Julien Denormandie, met en place un nouveau dispositif fiscal. Objectif principal de cette loi : inciter les investisseurs immobiliers à rénover des logements anciens dans les centres villes où les habitations sont vides (vacants) ou en mauvais état, avant de les mettre en location. Le nombre de logements éligibles au dispositif est énorme : au total, sur les 222 villes moyennes concernées par le...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Explosion des encours de crédits immobiliers : merci les taux bas !

Selon la Banque de France, l'encours de crédits immobiliers avait atteint 1 003 Mds€ à fin novembre 2018. Un chiffre jamais atteint auparavant et qui représente l'équivalent de la moitié de la dette de l'État. Ce chiffre record s'explique bien évidemment par les taux de crédits immobiliers très bas qui poussent toujours les emprunteurs à emprunter massivement et ce, même malgré l'augmentation des prix de l'immobilier. « Aujourd'hui le crédit immobilier reste le seul outil de captation de...