Connexion
/ Inscription
Mon espace

[CGP] Baromètre BNP Paribas Cardif du marché des CGPI et de leurs clients

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Nouveauté cette année, les résultats 2013 de ce 7ème baromètre s’appuient sur la perception de la profession par ses clients et ses prospects.

L’édition 2013 livre deux enseignements majeurs :
- La profession est positivement perçue par les épargnants qui ont déjà eu recours à ses services.
- La qualité du conseil et l’expertise délivrées devraient permettre aux CGPI de rencontrer un public plus large.

 

Les CGPI : une profession largement plébiscitée par une clientèle fidèle

- 85% des clients de CGPI ont une bonne image de la profession, reconnaissant majoritairement l’expertisede leur conseiller.

- 12 ans, c’est l’ancienneté moyenne des clients auprès de leur CGPI.

- Confiance plus grande dans le conseil (66%) et approche plus personnalisée et engagée (66%), sont Les principales conditions qui conduisent le client à faire appel à un CGPI.

- Honoraires facturés : 62% des clients de CGPI les considèrent comparables aux frais pratiqués par les banques.

 

Des prospects qui perçoivent la profession de manière plus contrastée

- L’image des CGPI est contrastée auprès des prospects qui ont déjà entendu parler de la profession, sans avoir eu recours à leurs services : seule la moitié d’entre eux en ont une vision positive (55%).

- 43% des prospects estiment que les frais ou honoraires de CGPI sont excessifs et 71% d’entre eux pensent que le coût global de la gestion de leurs portefeuilles serait plus cher qu’auprès d’une banque.

 

L’accompagnement par les CGPI conduit leurs clients à gérer leur patrimoine de manière plus active 

- 2/3 des clients de CGPI ont le sentiment d’être bien conseillés et souhaitent prioritairement recevoir des préconisations en matière de placements défiscalisant (52%) ou d’assurance-vie(44%).

- Détenant à 95% un contrat d’assurance-vie et à 91% un Livret A, la clientèle des CGPI aspire principalement à la constitution d’une épargne de précaution (46%) ou à la préparation de sa retraite (45%).

- Pour gérer leur épargne, les clients des CGPI ont, en moyenne, quatre partenaires financiers. Pour près d’1 client sur 2, le CGPI est le partenaire financier principal, devant la banque.

- Le profil d’épargne de leurs clients est moins « sécuritaire » que la moyenne des prospects, grâce à la valeur ajoutée des conseils apportés par leur CGPI : 67%d’entre eux sont prêts à investirune partie de leurs économies dans des placements « risqués ».

- Recherche plus importante des épargnants pour la performance (24% versus 14% en 2012) et baisse du besoin de sécuritédans leurs placements (46% versus 57% en 2012). Regaind’intérêt pour les unités de comptepour 52% (19% en 2012).

 

Les CGPI gardent toujours le moral dans un contexte économique fragile 

- En 2013, le moral des CGPI affiche une certaine stabilité : 68% estiment que leur profession se porte « plutôt » voire « très » bien(71% en 2012). Cette légère inflexion peut notamment être influencée par une collecte bruteà son plus bas niveau en 2012 : 2,5 M€ en moyenne dans les cabinets interrogés, en baisse de 11% v/ 2011.

- Plus d’1 CGPI sur 2 prévoit une augmentation de son chiffre d’affaires l’année prochaine, preuve de leur résistance et d’une certaine confiance en l’avenir.

- La nécessaire adaptation à la réglementation est considérée comme le 1er défi de taille pour 95% des CGPI. De plus,

- Perspectives fiscales : source de préoccupation de 88% de leurs clients. Un sujet pour lequel ces derniers réclament le plus d’accompagnement et de conseils.

 

A long terme, 59% des CGPI interrogés anticipent des perspectives de développement globalement importantes. Même s’il s’agit de son plus bas niveau depuis la création du Baromètre, cette anticipation reste positive.

www.bnpparibascardif.com

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Un tiers des fonctions finance a fait l’expérience de la robotisation

La suite Office dans les années 90, le déploiement d'ERP au début des années 2000, puis la réorganisation massive avec appel à l'externalisation, ou encore à la mise en place de Centres de Services Partagés, la fonction Finance a fait l'objet, en effet, de vagues successives de transformations  En France, l'année 2018 a confirmé un intérêt fort du marché de la RPA (Robotic Process Automation) qui continue de se structurer avec des acteurs qui réussissent des levées de fonds record. Mais où en...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Ecofi Investissements se convertit au tout ISR

Tous les supports qui composent la gamme de fonds ouverts d'Ecofi Investissement sont aujourd'hui gérés avec les critères de sélection ESG de l'investissement responsable et de l'investissement durable.   Trois niveaux d'intensité Pionnier de la gestion ISR en France, Ecofi Investissements, filiale du Groupe Crédit Coopératif (lequel est constitué du Crédit Coopératif, banque de référence de l'économie sociale et solidaire depuis plus de 120 ans, et de BTP Banque, établissement dédié depuis...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Rentabilité technique des organismes d’assurance-vie et mixtes établis en France

Synthèse de l'analyse de la rentabilité technique des organismes d'assurance-vie et mixtes établis en France, publiée par l'ACPR. - Le secteur de l'assurance-vie a collecté 137 Mds€ de primes en 2017 et a dégagé 6 Mds€ de résultat technique. - Les contrats d'épargne en euros continuent à représenter la plus grande partie du chiffre d'affaires (54% du total) et du résultat technique (55%). Pour autant, compte tenu de la conjoncture actuelle de taux d'intérêt, les assureurs favorisent la...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Les États-Unis se replient sur eux-mêmes, abandonnent leur rôle de gendarme du monde...

Billet mensuel du docteur Leber, fondateur d'ACATIS, société de gestion indépendante allemande. En ce début d'année 2019, un regard sur l'économie s'impose. Un regard sur le bon fonctionnement conjoncturel, sur l'aplatissement de la courbe des taux qui est un signe avant-coureur de récession, sur la guerre mondiale des tarifs douaniers et sur le Brexit en tant qu'élément frein. Un regard enfin sur les passionnantes mutations technologiques, sur la haute rentabilité de nouveaux modèles...