Connexion
/ Inscription
Mon espace

Marché immobilier européen : les investisseurs revoient leurs stratégies en matière de gestion des risques et de rentabilité

A la Une - Brique par Brique
ABONNÉS

Le dernier sondage réalisé par Ipsos pour Union Investment auprès de 150 professionnels de l'investissement immobilier en Allemagne, en France et au Royaume-Uni, révèle que les investisseurs restent extrêmement prudents avant de faire des compromis. En effet, ils n'observent aucun signe de rebond en provenance des catégories d'actifs plus spéculatives et donc plus risquées, sur le Vieux Continent comme ailleurs.

Environ 65% des sondés confirment que la crise de la zone euro a nettement impacté leurs stratégies d'investissement. Dès lors, concentrer l'activité en Europe de l'Ouest est une priorité stratégique pour 57% des professionnels, et ce au moins pour les douze mois à venir.

« Les actifs prime des principaux marchés européens sont chers. Ces prix élevés représentent justement un risque non négligeable pouvant pénaliser une stratégie d'évitement du risque trop inflexible » analyse Dr Reinhard Kutscher, Président du conseil d'administration d'Union Investment Real Estate GmbH Reinhard Kutscher.              

Pour 57%, l'une des exigences principales est d'investir d'avantage dans des bâtiments loués à plusieurs locataires plutôt qu'à un mono-locataire.
Une plus grande proportion d'emplacements secondaires (38%), de petites propriétés (36%), ou encore d'immobilier logistique (33%) font partie des options stratégiques. Seulement 22% prévoient de renforcer son portefeuille hors Europe et 17% d'entre eux souhaitent accroître la proportion d'établissements hôteliers dans leur stratégie de diversification.

L'étude démontre d'importantes variations régionales avec des investisseurs prêts à prendre plus de risques dans les actifs les plus sécurisés : 59% au Royaume-Uni, 12% en Allemagne et 28% en France.
Options qui rencontrent le plus de succès : réduire la durée de location (81%), favoriser les projets de développement (66%) et accepter un niveau de pré-commercialisation moins élevé pour les projets de développement (52%).
En revanche, compromettre la qualité de la localisation et la durabilité des actifs n'est acceptable que pour 33% des sondés. Et seuls 13% d'entre eux pourraient envisager de revoir à la baisse la qualité de construction.

De leur côté, les professionnels de l'immobilier s'attendent à d'éventuelles corrections de prix significatives au cours des prochains 18-24 mois : Espagne 57%, Italie 47%, France 37%, Portugal 35%.
A contrario, 17% au Pays-Bas, 12% au Royaume-Uni et 11% en Irlande retiennent la confiance des investisseurs en matière de stabilité des prix.

Enfin, l'étude révèle que la tendance à l'hyper-durabilité associée au passage à l'énergie renouvelable est le facteur qui aura le plus d'importance pour les investisseurs européens au cours des dix prochaines années. Viennent ensuite de manière décroissante l'urbanisation, la numérisation puis la mondialisation.

www.realestate.union-investment.fr/ 

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

BB - Placements immobiliers
ABONNES
Les articles que vous auriez pu manquer sur le site de notre partenaire pierrepapier.fr

LES PLACEMENTS | TOUT SAVOIR | ACTUALITÉS | LES ACTEURS Newsletter du 17 déc. 2018 L'actualité de Pierrepapier.fr L'OPCI, en 3 minutes... Voir la vidéo   Crowdfunding, la fin du début ? Liquidation judiciaire, repositionnement d'acteurs importants et précurseurs : les articles ... Lire la suite -> Denormandie débarque dans le Pinel Dès le 1er janvier 2019, un...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...