Connexion
/ Inscription
Mon espace

Cession des entreprises de moins de 50 salariés : le Gouvernement doit revoir sa copie

ABONNÉS

Par Jean-François Buet, Président de la FNAIM.

L'un des secteurs d'activité dans lequel la croissance externe est la plus active est sans conteste celui de l'administration de biens et de la transaction immobilière. L'une des raisons majeures tient à la nature de l'actionnariat et à la pyramide des âges : nombre de créateurs d'agences et de cabinets des années 70 et 80, fondateurs de sociétés artisanales ou familiales, arrivent à l'âge de la retraite sans successeur potentiel dans leur descendance.

La FNAIM est très attentive aux intentions du Gouvernement exprimées dans le projet de loi de Monsieur Benoît Hamon sur l'économie sociale et solidaire, relatives à la cession des entreprises : la disposition qui obligerait les chefs d'entreprises de moins de 50 salariés à informer ces derniers au moins deux mois avant une cession programmée est extrêmement dangereuse pour la sécurité et la fluidité des transmissions. L'objectif louable de favoriser la reprise par les collaborateurs ne sera pas atteint ainsi, et obéit à des logiques qui ne se décrètent pas.

On sait d'abord que la confidentialité d'une opération de rachat est essentielle, s'agissant d'entreprises de proximité, inscrites dans le tissu économique et social local. Une période de publicité de l'information, aussi courte soit-elle, alors que la reprise n'est pas effective expose l'agence ou le cabinet à tous les risques attachés à l'inquiétude des clients ou des fournisseurs, pertes de mandats et comportements déloyaux de la concurrence notamment. De multiples exemples de communication mal maîtrisée l'ont démontré par le passé.

Par ailleurs, c'est dans la durée qu'un entrepreneur peut identifier si un ou plusieurs de ses salariés est apte à lui succéder : il est à même, non pas deux mois avant, mais souvent plusieurs années avant, de faire lever des talents et des envies de reprise. Les salariés eux-mêmes se déclarent avec beaucoup d'antériorité lorsqu'ils ont cette perspective. Penser que ce processus doit être codifié est illusoire. C'est même de nature à bloquer le système : il faut imaginer une cession programmée à un salarié, et des contestations internes finissant par dissuader l'acquéreur et faisant échec à la vente.

La solution la plus efficace pour favoriser la reprise par les salariés réside sans conteste dans l'éveil et la qualification : ceux qui sont intéressés doivent avoir accès à des cycles spécialisés au titre de la formation continue, les ouvrant au management et à la gestion.

S'il semble que le Gouvernement n'ait pas compris la logique de la cession des plus petites entreprises, il a opportunément respecté la liberté du cédant de vendre son entreprise au meilleur successeur selon son appréciation, la donnée financière n'étant qu'un déterminant parmi d'autres : les cédants de cabinets et d'agences sont en général très attentifs au bon traitement de la question sociale et à l'avenir de leur équipe, pour maintenir le savoir-faire et la réputation.

La FNAIM demande aux parlementaires, qui examineront le projet de loi lors de la session extraordinaire de septembre, de modifier le texte sur ce point essentiel, qui a déjà ému plusieurs institutions majeures, le MEDEF - dont la FNAIM est membre -, la CGPME ou encore l'ACIFTE (Association des conseils en investissement, finance et transmission d'entreprises).

Elle rappelle qu'elle a également dans ses rangs des experts en transactions d'entreprise et en fonds de commerce, qui interviennent auprès des TPE et PME de toute la France, dans tous les secteurs d'activités tertiaires et industrielles.

www.fnaim.fr

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...