Connexion
/ Inscription
Mon espace

Immobilier : les taux remontent, le pouvoir d’achat demeure

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

Les banques n’ont pas tardé à répercuter le durcissement qu’elles ont rencontré sur les marchés obligataires. Avec la perte du triple A auprès de l’agence Fitch, la confiance s’est un peu émoussée, les risques sur le long terme sont plus élevés, donc les taux fixes plus chers et les établissements préteurs répercutent le surcout sur le client final.

Ainsi, alors qu’en mai un taux fixe à dix ans se négociait en Ile-de-France à 2,33%, le plus avantageux trouvé en juillet se situait à 2,40%. Des pics à 2,75% ont même été constatés en Haute-Normandie et en Picardie. Les deux seules régions à contenir encore le mouvement général de hausse sont l’Aquitaine* et le Poitou-Charentes. Mais là non plus, les taux ne sont plus aussi avantageux qu’en avril.

Cependant, si l'on observe une inversion de la courbe des taux, une remontée brutale n’est pas à craindre, le taux actuel de l’OAT à dix ans se situe à 2,30%, et reste plus faible que le dernier plus bas constaté en 2010.

Les banques d’Aquitaine et de Poitou Charentes sont les plus généreuses : à 10, 15, 20 ou 25 ans, les établissements offres des taux de respectivement 2,25, 2,60, 2,80 et 3,05%. Dans les autres régions, la moyenne à dix ans est plus proche de 2,40%. C’est notamment le cas en le de France, dans le Centre et en Provence Alpes Côte d’Azur.

En conclusion, prendre conscience du caractère exceptionnel de cette période : l’aubaine de la conjonction prix et taux bas est toujours présente.

Le chiffre du mois de Cafpi :
Les taux les plus hauts négociés par Cafpi restent inférieurs de 0,35% en moyenne par rapport aux taux du marché. 

www.cafpi.fr

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation