Connexion
/ Inscription
Mon espace

Economie : les politiques des banques centrales fixent le cap

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Pour John Greenwood, Economiste en chef d’Invesco, 2013 sera une nouvelle année marquée par une croissance inférieure à la moyenne et par une faible inflation pour l'économie mondiale, et ce, compte tenu d'un environnement doublement problématique : le processus de désendettement dans les pays développés et le rééquilibrage structurel des économies dans les pays émergents.

En tant qu'investisseur, la question majeure est de savoir comment les marchés vont réagir à la prochaine normalisation des taux d'intérêt qui verra les banques centrales progressivement réduire leurs injections de liquidités et commencer à lentement relever leurs taux d'intérêt.

La sévère correction et la sensible augmentation de la volatilité avec lesquelles les marchés ont réagi au plan de sortie du programme d'assouplissement quantitatif du président de la Fed, Ben Bernanke, ont servi de piqûre de rappel de la sensibilité de tous les marchés aux politiques des banques centrales et de l'incapacité des autorités monétaires à pleinement contrôler l'impact de la normalisation des taux d’intérêt que les principales économies devront entreprendre au cours des trois à quatre prochaines années. Comme le fait observer John Greenwood, ces périodes de normalisation des taux d'intérêt ont eu des résultats extrêmement contrastés dans le passé ; si certaines ont été particulièrement douloureuses comme en 1994-1995, d'autres l'ont été beaucoup moins comme en 2004-2006. « Cette fois-ci, beaucoup dépendra de l'état d'avancement de l'assainissement des situations financières, de la vigueur de la reprise et de l'ampleur de l'effet de levier des positions sur les marchés financiers sur la base des engagements des banques centrales » précise-t-il.

Retrouvez les commentaires de John Greenwood par zones géographiques, ainsi que celles d'autres économistes, dans les rubriques "tendances" à paraître dans Fréquences Boursières le 3 août prochain.


 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...