Connexion
/ Inscription
Mon espace

Notre série : les sports originaux / Le squash

ABONNÉS

Au 19ème  siècle, en Angleterre, des lycéens / tennismen attendaient les clés pour ouvrir le gymnase. L’attente se faisant longue et pour passer le temps, des duos se sont formés et ont projeté des balles sur le mur du gymnase à l’aide de leur raquette. Ces lycéens venaient d’inventer le squash !

Pour la France, le squash s’est associé, en 1975, à la Fédération française de tennis. Après 5 ans, la discipline s’est séparée du tennis pour former sa propre fédération. Celle-ci avait pour nom : Fédération française de squash-raquette.  Aujourd’hui, il s’agit de la Fédération française de squash, composée actuellement de 193 clubs associés, de 356 associations sportives et d’environs 30 000 licenciés. Au delà de ces chiffres officiels, on estime à environ 250 000 le nombre de pratiquants en France.

Ce sport se pratique dans une pièce entièrement close, parfois vitré afin que des spectateurs puissent observer la rencontre. Les deux joueurs doivent faire rebondir une balle en caoutchouc sur un mur à l’aide de raquettes spécifiques. L’échange s’engage alors et ne s’arrête que sous trois conditions :

  • lorsque la balle fait plus d’un rebond sur le sol,
  • si elle sort de la zone d’échange,
  •  lorsqu’il y a un contact entre les deux participants.

Le match se déroule en 3 manches de 11 points. Lorsqu’il y a égalité avec 10 points pour chaque joueur, celui qui comptabilisera 2 points d’avance au cours des échanges suivants remportera la manche.

 

Le saviez-vous ?

Le squash a un petit frère, en effet, le racquetball est un sport qui se pratique dans les mêmes conditions que le squash mais avec d’autres règles.

 

Jonathan Stocker

 

 

A lire également :

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

 

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...