Connexion
/ Inscription
Mon espace

Immobilier haut-de-gamme : dans un marché mondial toujours actif, Paris résiste !

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

Dans sa dernière étude sur l’immobilier international haut-de-gamme, Barnes fait ressortir les évolutions importantes de ce secteur d’activité au cours de ces derniers mois. La conjoncture économique imprime sa marque sur tous les marchés mais, en France, c’est surtout la fiscalité qui pèse sur les décisions d’investissement, dessinant des marchés très différenciés, notamment entre résidence principale et résidence secondaire.

Un marché parisien à deux vitesses

La résidence principale, forte de son exonération d’impôt sur les plus-values, fait figure d’ultime « niche fiscale ». Les acquéreurs, pour qui l’immobilier haut de gamme conserve son statut de valeur refuge, l’ont bien compris. Encouragés par des taux de crédit immobilier historiquement bas, ils sont revenus nombreux sur ce marché à Paris et en région parisienne, permettant à Barnes d’augmenter sensiblement ses ventes : 350 au 1er semestre 2013, contre 276 au 1er semestre 2012.

Toutefois, la typologie des ventes a sensiblement évolué en un an : la part des ventes comprises entre 1 et 2 M€ a nettement augmenté et représente plus de la moitié des transactions. Les ventes de plus de 2 M€ sont, au contraire, en net retrait. Les acquéreurs, majoritairement français sur ce marché du haut-de-gamme à Paris et en région parisienne, se montrent très sélectifs sur la qualité des biens, selon Barnes qui fait le constat d’un marché à deux vitesses :
- très dynamique pour les biens de qualité, en état impeccable, qui se vendent en moins de 3 mois à des prix en baisse de 5% seulement par rapport à juin 2012 ;
- plus lent, pour les biens comportant des défauts ou à rénover, qui se vendent en 6 mois en moyenne à des prix inférieurs de 20 à 30% comparés à ceux de juin 2012.

En revanche, sur le marché des biens d’exception, ce sont à 85% des non-résidents qui achètent : Russes, Proche et Moyen-Orientaux, Italiens et Anglais, ainsi qu’une nouvelle clientèle émergente en provenance d’Asie Centrale et de Chine, d’Amérique Centrale et Latine.


Un marché des résidences secondaires à quatre vitesses

Le marché de la résidence secondaire est particulièrement perturbé depuis le début de l’année :  
- les propriétaires attendent pour mettre leur bien en vente le retour annoncé d’une fiscalité des plus-values plus clémente ;
- les acquéreurs potentiels s’inquiètent des rumeurs de nouvelles mesures fiscales qui viendraient pénaliser les propriétaires de résidences secondaires.

Dans ce contexte, c’est un marché à quatre vitesses que fait ressortir Barnes dans son étude :
- sinistré pour les résidences secondaires isolées situées en pleine campagne ou à proximité de petites villes de province. Pour les propriétés au-delà de 500 000 €, les transactions sont quasiment gelées ;
- très calme dans les lieux de villégiature nationaux haut de gamme. En Provence, à Deauville, dans le Bassin d’Arcachon ou dans le Périgord, les demandes plafonnent à 1 M€ et Barnes constate une absence de transactions au-delà de ce prix ;
- en reprise, avec de la demande jusqu’à 1 500 000 €,pour les résidences secondaires situées dans des lieux de villégiature internationaux (Côte d’Azur, Côte Basque, etc.) ;
- toujours actif pour les biens d’exception, un marché marqué par de belles transactions, elles restent rares (Megève, Courchevel, Cannes, Saint-Tropez, etc.).

Barnes est aujourd’hui la première société internationale d’immobilier résidentiel haut de gamme totalement intégrée avec différents métiers : la vente d’appartements, de maisons et d’hôtels particuliers, d’immeubles, de propriétés et châteaux, de biens d’exception ainsi que la location de biens de qualité et d’exception, la gestion locative ainsi que de nombreux services complémentaires.
www.barnes-chateaux.com

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Immobilier de luxe : clignotants au vert-dollar chez les « gilets gold »

Loin des préoccupations du Grand débat national, les millionnaires et milliardaires internationaux continuent de prospérer et d'acquérir de l'immobilier. Focus sur cette population peu nombreuse mais très active. Toujours plus riches, toujours plus nombreux : ça va bien pour les High Net Worth Individuals (HNWI, plus de 3 millions de dollars de patrimoine, soit 2,6 millions d'euros) et encore mieux pour les Ultra-HNWI (plus de 30 millions de dollars de patrimoine). Le nombre de ces derniers,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
L’immobilier de santé intéresse toujours les investisseurs

Bilan 2018 & Perspectives 2019 : retour aux sources et innovations rajeunissent le secteur ! Selon l'actualisation de l'étude de Cushman & Wakefield, les investisseurs continuent de s'intéresser à cette classe d'actifs dont l'avenir se dessine à l'aune du vieillissement inéluctable de la population, de l'accroissement de pathologies chroniques et plus prosaïquement d'un secteur de la santé dont les besoins sont croissants dans un environnement d'économie d'échelle et de maîtrise des coûts. Le...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Croissance continue en 2018 pour le Crowdfunding immobilier

Baromètre de la plateforme française de crowdfunding 100% immobilier, Fundimmo, réalisé auprès de 32 plateformes de crowdfunding en collaboration avec Hellocrowdfunding. 185 M€ ont été financés sur les plateformes de crowdfunding immobilier en 2018 en France, soit un total de 343 projets. C'est une progression nette de +83% par rapport à 2017 (101 M€) et stable, car l'évolution entre 2016 et 2017 était également de +83% avec 55 M€ collectés en 2016.« Malgré le ralentissement observé dans le...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Statistiques 2018 de la construction de logements en France

La Chambre Nationale des Conseils-Experts en Immobilier Patrimonial analyse les résultats publiés par l'Observatoire de la Statistique Publique 1/ Logement  En un an, 473 000 logements ont été autorisés à la construction, soit un recul de 5,2% par rapport aux douze mois précédents. Par ailleurs, ce sont 415 500 unités qui ont été mises en chantier sur la même période, avec un fléchissent de 0,6% en comparaison à l'an passé. Au dernier trimestre, les autorisations de logements à la...