Connexion
/ Inscription
Mon espace

Bernanke, à nouveau meilleur ami des marchés

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Commentaire de Fabrice Cousté, Directeur Général de CMC Markets France

Le virage à 180° du discours de Bernanke sur l’assouplissement monétaire est salué par les marchés.

Les marchés de changes et des matières premières sont à nouveau en ébullition. La paire Euro/Dollar US a subi un « swing » étourdissant hier, en cours de séance, avec une variation de 400 pips. La monnaie unique s’est appréciée de 1,28 USD à 1,32 USD en quelques heures, un rebond étonnant alors que la parité s’inscrit dans une tendance baissière depuis des mois, compte tenu du regain de vigueur de l’économie américaine, solide soutien au cours du billet vert.

Les métaux précieux se sont eux aussi renchéris, l’once d’or renouant pour la première fois depuis près d’un mois avec un niveau de 1 285 USD. La progression du prix du métal jaune avoisine les 6% sur les cinq dernières séances, entraînant dans son sillage les cours du platine et du palladium.

La raison de ce sursaut ? Comme souvent ces derniers mois, ce sont les propos de Ben Bernanke, le patron de la banque centrale américaine qui ont galvanisé les cambistes et les investisseurs. Conscient de l’importance que revêt la politique monétaire de la Réserve Fédérale pour l’orientation des marchés financiers, Ben Bernanke a opté pour une révision des anticipations − favorables à un resserrement monétaire progressif d’ici 2014 – qu’il avait formulées il y a un mois.

Non, la Réserve Fédérale n’est pas disposée, dans l’immédiat, à diminuer son programme de rachat d’actifs. Pour plusieurs membres de la FED comme pour Ben Bernanke, la reprise économique américaine doit encore montrer davantage de gages de pérennité, en particulier sur le marché de l’emploi, avant qu’un sevrage progressif des injections de liquidité et qu’une hausse des taux d’intérêt se matérialisent. Ben Bernanke a donc rassuré sur le maintien du « Quantitative Easing » pour le second semestre, qu’il justifie par la convergence d’une inflation très modérée, d’un taux de chômage encore trop élevé et de restrictions budgétaires. Et quand bien même l’objectif d’un taux de chômage à 6,5% serait atteint, le processus de resserrement monétaire ne serait pas immédiatement déclenché.

Conséquence, le billet vert a réagi à la baisse, les cambistes anticipant une dilution de sa valeur encouragée par la profusion de liquidités sur les marchés. Par corrélation, l’éloignement du resserrement monétaire soutient aussi l’appréciation actuelle du prix de l’or et des métaux précieux.

Avec cette vision plus « prudente » vis-à-vis de la reprise de l’activité américaine, la Réserve Fédérale semble faire le choix de satisfaire les marchés. Mais prolonger plus longtemps le « dopage monétaire » comporte aussi le risque de compliquer le retour à la réalité pour les investisseurs boursiers, habitués depuis quelques années à composer avec l’afflux de liquidités massif sur les marchés. Une médication dont il faudra bien se passer, dans un contexte de retour avéré à la croissance économique.

www.cmcmarkets.fr

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...