Connexion
/ Inscription
Mon espace

Embellie en vue pour les stratégies allocataires

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

De Michaël LEVY, Associé - Gérant de FLEX 360 - Responsable de la multigestion chez 360 AM

Les temps sont difficiles, pour les stratégistes et les gérants allocataires. La cause de ces complications ? La sortie désormais programmée de la politique d’assouplissement quantitatif de la Fed a pris de court les investisseurs, rompant brutalement avec un environnement de marché qui favorisait jusqu’ici l’obligataire.

Une déstabilisation qui a été renforcée par d’autres facteurs d’inquiétude en provenance des pays émergents, comme la crise de liquidité sur le marché interbancaire chinois et le regain de tension socio-politique en Turquie et au Brésil. Résultat : un mouvement de purge généralisé dont pas une classe d’actifs n’est sorti indemne, reflet d’une recorrélation à la baisse de l’ensemble des marchés.
Cette nouvelle phase de stress de marché a logiquement affecté les produits de taux. Valeurs refuge d’hier, les Bunds et Tbonds ont ainsi vu leur rendement à 10 ans se tendre respectivement à 1,8% et 2,6%. Mais ce fut aussi le cas des actifs risqués, matières premières, crédit et actions réunis, qui ont tous reculé de concert. Même le dollar, en dépit d’une configuration favorable, est parvenu, dans un premier temps,  à s’affaiblir face à l’euro.

La convergence de ces tendances baissières a pris en défaut la plupart des stratégies d’investissement. Ont été impactées les stratégies Long Only, bien sûr, structurellement exposées aux marchés. Mais ce fut aussi le cas des stratégies Total Return, dont des effets devises défavorables ont souvent compensé le raccourcissement opportun des durations et des dispositifs de couvertures mis en place au court des derniers mois. Autre exemple : les stratégies de type Smart Bêta ont été pénalisées par le changement de régime de volatilité. Les stratégies alternatives ont, à l’exception des « market neutral », toutes cédé du terrain, pour les mêmes raisons. Sans doute devons-nous nous habituer à subir des chocs de liquidité, comme le récent  et spectaculaire mouvement  des taux d’emprunt du Portugal.

Est-ce pour autant l’amorce d’une nouvelle phase de bear market généralisé ? Non. Certes, trois foyers de risques continuent d’inquiéter : les déséquilibres croissants sur les marchés émergents, les doutes sur la soutenabilité des dettes européennes et les incertitudes sur l’agenda de la Fed. Toutefois, ces éléments secrètent leurs propres contrepoids et ne portent pas en eux-mêmes les germes d’un krach ou d’une perte de contrôle de l’obligataire américain (la Fed conditionne en effet la fin de sa stratégie accommodante à une embellie conjoncturelle durable). Après cet épisode de tension récent, essentiellement dicté par des phénomènes techniques de flux, les investisseurs devraient donc retrouver une grille de lecture fondamentale des marchés, favorisant un mouvement mécanique de décorrélation entre classes d’actifs. C’est une bonne nouvelle, pour les stratégistes et autres allocataires, dont les opportunités de diversification devraient dès lors se multiplier.

L’environnement de marché actuel milite donc pour rééquilibrage des portefeuilles entre marchés d’actions et marchés de crédit et plus généralement, pour des prises de positions plus contrariantes.

www.360-am.com

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Un tiers des fonctions finance a fait l’expérience de la robotisation

La suite Office dans les années 90, le déploiement d'ERP au début des années 2000, puis la réorganisation massive avec appel à l'externalisation, ou encore à la mise en place de Centres de Services Partagés, la fonction Finance a fait l'objet, en effet, de vagues successives de transformations  En France, l'année 2018 a confirmé un intérêt fort du marché de la RPA (Robotic Process Automation) qui continue de se structurer avec des acteurs qui réussissent des levées de fonds record. Mais où en...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Ecofi Investissements se convertit au tout ISR

Tous les supports qui composent la gamme de fonds ouverts d'Ecofi Investissement sont aujourd'hui gérés avec les critères de sélection ESG de l'investissement responsable et de l'investissement durable.   Trois niveaux d'intensité Pionnier de la gestion ISR en France, Ecofi Investissements, filiale du Groupe Crédit Coopératif (lequel est constitué du Crédit Coopératif, banque de référence de l'économie sociale et solidaire depuis plus de 120 ans, et de BTP Banque, établissement dédié depuis...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Amundi devient seul actionnaire de la fintech Anatec

Leader de la gestion d'actifs en Europe avec plus de 1 400 Mds€ d'actifs sous gestion, Amundi rachète la totalité du capital de la fintech Anatec, plateforme d'agrégation de conseil et d'épargne digitale développée sous la marque WeSave, dont elle détenait jusqu'à présent 49%. Cette transaction s'inscrit pleinement dans la stratégie digitale du Groupe Amundi. En élargissant sa gamme de solutions, elle renforce sa capacité à servir ses clients distributeurs avec une approche ouverte et agile,...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Nominations Secteur Patrimoine & Finance

Michel Dinet, Directeur du Développement de Richelieu Gestion Agé de 53 ans, Michel Dinet rejoint l'équipe dirigée par Christophe Boulanger, Directeur Général de Richelieu Gestion, qui déclare « […] L'arrivée de Michel traduit la volonté affirmée de Richelieu Gestion de donner une place centrale aux acteurs de proximité de l'épargne dans son développement. Fort de sa connaissance très fine de leurs attentes, de sa volonté permanente de traduire leurs besoins en solutions, il sera un...