Connexion
/ Inscription
Mon espace

Immobilier : la GUL ne réussira pas là où la GRL a échoué

BE - Culture & Société
ABONNÉS

La FNAIM dit pourquoi la GUL est vouée à l’échec.

La garantie universelle des loyers (GUL) est l’une des principales mesures contenues dans le projet de loi ALUR (Accès au Logement et Urbanisme Rénové) soutenu par Cécile Duflot, ministre de l’Egalité des territoires et du Logement. Présentée comme la solution nouvelle qui va résoudre les difficultés locatives, cette mesure n’est pas une nouveauté et elle ne résoudra rien.

La GUL ne résoudra pas les difficultés locatives
Son principe est généreux et séduisant : garantir contre les impayés tous les propriétaires et tous les locataires. Mais, au stade du projet de loi, le flou est volontairement entretenu sur ses modalités pratiques, renvoyées à des décrets d’application. On sait seulement que ce sera une garantie d’Etat, c’est-à-dire financée par l’impôt (quelle que soit sa forme), qu’elle sera certainement universelle, c’est-à-dire obligatoire et que sa gestion sera confiée à une agence publique (l’administration ou assimilé).

Il est fortement question que la GUL couvre les locataires jusqu’à un taux d’effort de 50%. Ce taux d’effort, rapport entre le loyer et les revenus, est aujourd’hui considéré comme insupportable quand il excède 30% des revenus. L’élever à 50% est irresponsable et incompréhensible au moment même où l’instauration d’un fichier positif des crédits est envisagée pour lutter contre le surendettement.

L'universalité va créer le risque en déresponsabilisant les locataires et, sans doute aussi, les propriétaires. Si, de notoriété publique, l'impayé n'a plus aucune conséquence a priori, ni sur la perception du loyer par le propriétaire, indemnisé, ni sur le locataire, protégé, le paiement du loyer semblera superfétatoire. Au moindre embarras financier, le locataire se sentira délivré à bon compte de ses obligations... Le dispositif explosera.

La GUL n’est pas la première tentative d’assurance loyers impayés créée à l’initiative de l’Etat.
Il y a un précédent récent, la garantie des risques locatifs (GRL), qui existe toujours, au moins sur le papier.
La GRL voulait, elle aussi, couvrir un large spectre de locataires, jusqu’à 50% de taux d’effort. Le rapport sinistre à prime s'est dangereusement dégradé, en particulier pour la partie publique du dispositif, qui couvrait les locataires dont les taux d'effort étaient les plus lourds. Seulement cinq compagnies d’assurance ont joué le jeu, et quatre d'entre elles ont fini par jeter l'éponge : une entreprise privée ne peut pas se permettre de poursuivre une activité à perte.

Les propositions de la FNAIM pour une garantie de loyers efficace et viable :
- la GUL devrait être ciblée à la fois socialement et géographiquement. D’une part, être réservée aux ménages qui faute d’un garant externe ne peuvent se loger et d’autre part, être limitée aux territoires tendus, là où la demande ne peut être satisfaite faute d’une offre suffisante.
- être une garantie « de base » pour les loyers et charges impayés ainsi que pour les frais de contentieux à la charge du propriétaire ; ce dernier pourrait souscrire, en plus, une assurance facultative contre les dégradations ainsi que des garanties complémentaires optionnelles.
- permettre le cumul de la garantie de loyers avec un cautionnement ;
- être complétée par une assurance obligatoire à la charge du locataire pour couvrir les risques liés aux aléas de la vie.

En savoir plus : www.fnaim.fr

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...