Connexion
/ Inscription
Mon espace

Belle résistance du marché français de l’investissement immobilier d’entreprise au 1er semestre

ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Malgré un nombre total de transactions en baisse par rapport à l’an dernier, les grandes opérations ont été plus nombreuses au cours du 1er semestre avec 6,2 Mds€ investis.

Évolution des montants investis
Si le nombre total de transactions est en baisse – 145 depuis le début de 2013 contre 196 au 1er semestre 2012 – les grandes opérations ont été plus nombreuses : 25 sont comprises entre 50 et 100 M€ (v/13 en 2012) et 20 supérieures à 100 M€ (v/14 en 2012).

Actifs de bureaux
Les bureaux demeurent la classe d’actifs majoritaire. Toutefois, avec 4 Mds€  investis au 1er semestre 2013 contre 4,7 Mds€ au 1er semestre 2012, leur part sur le total des montants investis en France passe de 75 à 64%. Si les opérations comprises entre 50 et 100 M€ ont joué un rôle plus déterminant, tel n’est pas le cas des transactions de plus grande taille : 13 transactions supérieures à 100 M€ totalisent 2 Mds€ contre 12 totalisant 2,6 Mds€ au 1er semestre 2012. L’Île-de-France concentre la grande majorité des volumes investis en bureaux avec 89%.

Actifs de commerces
Avec 1,5 Mds€ investis depuis le début de 2013, soit 24% de l’ensemble des montants engagés, les commerces affichent une hausse de 25% par rapport au 1er semestre 2012 et de 50% par rapport à la même période en 2011. Cette progression tient à l’augmentation du nombre de grandes transactions : 9 de plus de 50 Mds€ au 1er semestre 2013 contre 4 au 1er semestre 2012. Les rues commerçantes de la capitale restent très prisées : ventes d’immeubles mixtes avec des boutiques de luxe (Champs-Élysées, rue de la Paix, rue de Passy…)  

Actifs industriels
Ils représentent 12% du total des montants investis au 1er semestre 2013, soit 750 M€. Un volume en forte hausse de 90% par rapport au 1er semestre 2012 mais en repli de 21% par rapport au 2nd semestre 2012, qui avait vu l’acquisition par Blackstone et Segro de trois portefeuilles logistiques totalisant près de 600 M€. 

Typologies d’acquéreurs
Les investisseurs Français concentrent 63% des volumes investis. Ils sont principalement représentés par les OPCI/SCPI (Primonial Reim en particulier) qui ont continué de privilégier les marchés de bureaux et de commerces en Île-de-France et province. Viennent ensuite, Les foncières et les compagnies d’assurances. Les investisseurs étrangers représentent 37% des volumes investis au travers de grandes opérations, soit la moitié des transactions supérieures à 100 M€.  

Perspectives du marché français
Si l’INSEE a récemment confirmé l’entrée en récession de la France, l’institut a également délivré un message plus positif, tablant sur une éclaircie, certes timide, de la conjoncture internationale et le passage au vert, ou du moins la stabilisation, de certains indicateurs économiques de la France. « Pression fiscale ou sociale accrue, évolution des taux d’intérêt ou du marché de l’emploi, conditions de négociation plus tendues entre utilisateurs et propriétaires : tous les nuages obscurcissant l’horizon du marché français de l’immobilier d’entreprise ne se dissiperont pas au 2nd semestre 2013. L’amélioration relative du climat économique, conjuguée à un ajustement plus marqué des valeurs sur certains types d’actifs et dans certains pôles tertiaires et à la poursuite des arbitrages de certains investisseurs, pourrait toutefois contribuer à l’amorce d’un déblocage des marchés immobiliers français dans les prochains mois » conclut Olivier Gérard, président de Cushman & Wakefield.

*Cushman & Wakefield. Fondé en 1917, Cushman & Wakefield est le premier groupe privé mondial en immobilier d’entreprise. Il occupe une position prédominante sur la plupart des marchés immobiliers dans le monde, avec 253 bureaux répartis dans 60 pays et plus de 15 000 collaborateurs.
www.cushmanwakefield.fr

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation