Connexion
/ Inscription
Mon espace

Dynamique de croissance pour ManyMore et RiskDesign

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Entretien avec Pierre-Laurent Fleury, Président de ManyMore et de RiskDesign

Quel est votre sentiment quant à l’évolution du métier de conseiller en gestion de patrimoine indépendant ?

Face aux contraintes réglementaires, le nombre de cabinets est amené à décroître. Le secteur va devoir faire face à un mouvement de concentration, ce qui ne signifie pas pour autant que la profession verra globalement son activité diminuer. Nous allons assister à une transition d’une activité qui reste encore artisanale sous certains aspects vers une approche plus « industrielle ». De la même manière que nous avons vu les métiers d’expert- comptable ou d’avocat évoluer au cours des dernières décennies, les cabinets de CGP vont se structurer davantage, s’équiper et se professionnaliser toujours plus.

Comment se porte l’activité de Manymore?

Nous avons singulièrement progressé et avons acquis la confiance de nombreux gros cabinets, à l’instar de Cyrus Conseils. Notre sentiment est que les deux tiers des parts de marchés sont désormais occupés par les principaux acteurs, dont Manymore. Il s’agit là de l’essentiel de la clientèle solvable. Nous agrégeons actuellement pas moins de 230 000 contrats tous les jours.

Quels sont les nouveaux défis posés par votre activité ?

Nous continuons à investir pour être à même de produire un service global. Nous avons « designé » une gamme de calculette très moderne dans son approche, nous avons complètement repensé le Web Client pour en faire un véritable outil haut de gamme afin de valoriser la relation du CGP avec son client final. Bref, la marche en avant continue !

A ce sujet, la société RiskDesign, dont vous êtes également le président, a lancé en 2011 un logiciel consacré au profilage des clients des conseillers. Quelles sont ses caractéristiques ?

Proposé par la société RiskDesign, le logiciel RiskTolerance est destiné aux intermédiaires des placements financiers tels que les CIF, courtiers, banques et sociétés de gestion. En s'appuyant sur des méthodes économétriques, il permet, via un questionnaire dynamique et interactif, de mesurer la tolérance au risque et la tolérance aux pertes de chaque investisseur pour chacun de ses projets d'investissement. La nouvelle version, qui vient de sortir, est conforme à la recommandation 2013-R-01 du 8 janvier 2013 émise par l'ACP et à la position de l'AMF n°2013-02.


Qu’apporte ce logiciel par rapport aux outils existants ?

Les outils existants étaient trop basiques, trop légers et, pour la plupart, ils ne prenaient pas en compte le fait qu’un investisseur pouvait avoir une aversion aux risques différente pour chacun de ses projets. Nous n’évoquerons pas des questionnaires basés sur les habitudes de vie qui sont clairement pointés du doigt par le régulateur. Nous avons par ailleurs travaillé en collaboration avec un institut de sondage afin d’éviter les biais dans les réponses qu’apportent les clients. Savoir poser des questions pertinentes est un métier. Il est important pour le conseiller de bien connaître la psychologie des personnes dont il gère le patrimoine afin de corriger leurs éventuels biais comportementaux. Afin de correctement cerner les investisseurs, RiskTolerance mesure autant leur tolérance aux risques que leur tolérance aux pertes. Enfin, le logiciel permet au conseiller de s’assurer qu’il répond à toutes les exigences réglementaires.

Vous dévoilez aussi cet été deux nouveaux outils, RiskMeasure et RiskEngine. Quelles sont leurs fonctions ?

Ils vont permettre de construire des portefeuilles adaptés aux profils définis par RiskTolerance. Le premier va étudier et prévoir la dispersion de rendement des fonds que nous intégrerons dans le système. Nos équipes de recherche, en collaboration avec des laboratoires de grandes écoles ont introduit dans les simulations les modèles à changement de régime de Markov. Cette solution gagne beaucoup en fiabilité par rapport à c qui existe aujourd’hui sur le marché. Le second va quant à lui calculer l’allocation optimale de chaque produit dans un patrimoine.

A lire également : 

RiskDesign lance 2 nouveaux logiciels complémentaires à RiskTolerance

http://www.riskdesign.com/

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

Lire la suite...


Articles en relation