Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

amLeague poursuit son développement - Performances du premier semestre 2012

amLeague poursuit son développement et accroit son audience. Le second trimestre 2012 a été marqué par l’enrichissement du site www.am-league.com, avec notamment :

-          un module « MyPortfolio », qui permet à tout utilisateur de suivre la performance d’une combinaison d’asset-managers amLeague qu’il se constitue et qu’il peut arbitrer à tout moment ; un outil à la fois ludique et utile pour tester des « cocktails » réussis en matière de performance/risque

-          une mesure de l’intensité « Value » d’une part, « Growth » d’autre part des portefeuilles des asset-managers amLeague, précieuse là aussi pour affiner sa sélection de gérants, grâce au partenariat noué avec AlphaValue

-          la publication d’un certain nombre de stratégies d’assemblage de portefeuilles proposées par amLeague ou par des professionnels (bfinance, Swiss Life AM, …)

 

Malgré la vive remontée de fin juin, le second trimestre 2012 voit les indices actions s’inscrire en recul : -6.25% pour l’Eurostoxx NR, -2.91% pour le Stoxx Europe 600 NR et -0.38% pour le Stoxx 1800 NR. Aussi bien la tendance que la grande volatilité ont singulièrement bousculé les hiérarchies constatées le 31 mars dernier.

 

Ainsi, sur le mandats Actions Euro, seule Catherine Garrigues d’Allianz GI est parvenue à se maintenir dans le « top 5 » depuis le début de l’année et en a même pris la tête. Les places suivantes reviennent à des sociétés dont l’exposition globale au marché (le « beta ») est inférieur à 1 et qui ont su enrichir cet atout avec une sélection de titres réussie (l’ « alpha »).

Ces leaders dégagent entre 4.7 et 1.6 points de surperformance par rapport à l’indice, ce qui est appréciable sur un univers actions Euro où il est structurellement plus difficile de « faire la différence ».

A souligner lors de ce 2ème trimestre 2012, les brillants résultats d’une « boutique » de gestion privée : Somangest, qui ressort première du trimestre et, dans un style radicalement différent, ceux de Tobam, le spécialiste de la « gestion anti-benchmark ». Entre elles deux, Aberdeen avec son process bottom up signe un très bon deuxième trimestre.

 

Sur les actions Europe, les performances 2012 s’échelonnent de benchmark + 7.6 à benchmark – 3.0, et les volatilités de 10 à 24. Le trio de tête illustre bien la variété des styles de gestion qui peuvent conduire à une bonne performance : le style « Value » avec CCR AM, la modélisation quantitative avec Swiss Life AM ou l’approche fondamentale avec Roche-Brune AM.

Sur le trimestre, Ossiam (gestion d’équipe) et Invesco (Martin Kolrep et Manuela von Ditfurth), très résistants dans la baisse, ont bien tiré leur épingle du jeu et affichent sur la période, avec Swiss Life AM ,  la meilleure combinaison performance/risque (au sens du ratio d’information).

 

La compétition s’est intensifiée sur le mandat Global Equities, avec de nouveaux participants.  Néanmoins, Allianz GI, Roche-Brune AM et Edmond de Rotschild AM ont préservé leur bon classement depuis le début de l’année.  Petercam et ING IM ont délogé Alliance Bernstein et Ecofi Investissments, mais l’éventail des performances reste relativement resserré sur ce mandat récent, lancé le 31 décembre dernier.

Sur 3 mois, la prime revient indiscutablement à la gestion quantitative, avec aux trois premières places : THEAM (filiale de BNP Paribas IP), Tobam et Swiss Life AM. Qui plus est, ces 3 sociétés affichent des volatilités inférieures à 7, alors que celle de l’indice est de 12.5.

 

Sur le mandat Multi Asset Class (précédemment intitulé Allocation d’Actifs), les performances ressortent en moyenne à +2.4% depuis le début de l’année et à -1.1% sur le deuxième trimestre. Ecofi Investissements, Swiss Life AM et Allianz GI (Mathieu Pivovard) se suivent de très près. Sycomore AM s’est nettement distingué au deuxième trimestre en se montrant particulièrement résistant dans les phases de baisse comme le montre son indicateur « max draw down » deux fois plus faible que celui de ses concurrents.

 

Retrouvez le détail des classements sur le site www.am-league.com

Lire la suite...


Articles en relation