Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les profits des banques européennes en baisse de 29% en 2012

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Selon la 7ème édition de l’étude annuelle de KPMG « Communication financière des banques européennes : Défi pour la transparence 2013 », le profit cumulé des quinze plus grandes banques européennes a reculé de près d’un tiers en un an et divisé par deux par rapport à 2010 : 41 Mds€ en 2012 contre 61 Mds en 2011 et 84 Mds en 2010.

Les résultats dégagés en 2012 ont été fortement pénalisés par des éléments non récurrents tels que :
- le risque de crédit propre compris dans la réévaluation des dettes ;
- les dépréciations de titres de participation et d’écarts d’acquisition ;
- les coûts relatifs aux litiges au titre de la commercialisation abusive de produits bancaires au Royaume-Uni ; ou encore
- les cessions de filiales et d’actifs hors cœur de métier.

Les métiers cœurs se sont montrés résilients, notamment dans la banque d’investissement qui a profité d’une amélioration des conditions de marché liée notamment à l’intervention des banques centrales permettant ainsi à la ligne de métiers de générer en 2012 des revenus en hausse de 6%, après la diminution de 15% constatée en 2011.

La hausse du coût du risque sur les encours de prêts en 2012, bien que contenue à moins de 1%, marque une rupture avec la tendance baissière observée depuis 2010. Néanmoins, le dynamisme commercial déployé par l’ensemble des réseaux bancaires a permis d’absorber cette hausse du coût du risque.

Les banques poursuivent leur préparation à l’application des règles de Bâle III. Elles ont réduit leurs risques pondérés et augmenté leurs fonds propres de 230 Mds€ depuis 2009, affichant des ratios au-delà des minima réglementaires :
- ratios de solvabilité Bâle 2,5 compris entre 12,7 et 25,2%,
- ratios de Core Tier 1 Bâle 2,5 compris entre 10,2 et 19%.
Le ratio de solvabilité moyen, en hausse de 1,8% sur l’année, s’élève à 16,1% en 2012 (contre 14,3% en 2011).

S’agissant de la liquidité, les établissements ont continué, comme en 2011, à adapter leur stratégie de refinancement pour anticiper les deux nouveaux ratios de liquidité, LCR et NSFR, proposés par le comité de Bâle dans le cadre de Bâle 3.

Les litiges ont coûté plus de 20 Mds€ aux banques en 2012. Outre les cessions de filiales et la gestion extinctive des actifs et activités jugés non stratégiques hérités du passé, elles ont dû faire face à un nouvel afflux de demandes d’indemnisation tels que :
- la manipulation des principaux taux bancaires européens (Libor, Euribor),
- la vente inappropriée de swaps de taux (mis-selling),
- l’accroissement rapide des provisions sur les litiges PPI (ventes abusives de produits d'assurance-crédit), et
- les problématiques de blanchiment d’argent.
Depuis les premiers litiges apparus en 2011, les PPI ont impacté les résultats des banques à hauteur de 16,5 Mds€.

En 2013, les banques se concentrent sur la mise en œuvre de nouveaux plans stratégiques.
-  Innovations technologiques et numériques : déploiement des agences en ligne, amélioration des sites internet, développement des applications mobiles, mise en place du porte-monnaie électronique, identification biométrique …
Relation client prioritaire : apparition d’agences « nouvelle génération » inspirées par les « concepts stores » transformant le service standard de banque en expérience client.
-  Développement de produits innovants en matière de dépôts : taux attractifs rémunérant les dépôts de la clientèle et incitant les clients à les reconduire sur la durée.
Gouvernance responsable : équilibre Hommes-Femmes dans les postes de direction, politiques de rémunérations contenues par rapport à des bonus qualifiés d’excessifs dans le passé, gestion rigoureuse des risques, lutte accrue contre les crimes financiers.
Implication sociétale et environnementale renforcée à travers des projets de soutien à l’éducation, l’entreprenariat, les investissements caritatifs, le respect de l’environnement avec la réduction de l’empreinte écologique.

www.kpmg.fr

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Un tiers des fonctions finance a fait l’expérience de la robotisation

La suite Office dans les années 90, le déploiement d'ERP au début des années 2000, puis la réorganisation massive avec appel à l'externalisation, ou encore à la mise en place de Centres de Services Partagés, la fonction Finance a fait l'objet, en effet, de vagues successives de transformations  En France, l'année 2018 a confirmé un intérêt fort du marché de la RPA (Robotic Process Automation) qui continue de se structurer avec des acteurs qui réussissent des levées de fonds record. Mais où en...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Ecofi Investissements se convertit au tout ISR

Tous les supports qui composent la gamme de fonds ouverts d'Ecofi Investissement sont aujourd'hui gérés avec les critères de sélection ESG de l'investissement responsable et de l'investissement durable.   Trois niveaux d'intensité Pionnier de la gestion ISR en France, Ecofi Investissements, filiale du Groupe Crédit Coopératif (lequel est constitué du Crédit Coopératif, banque de référence de l'économie sociale et solidaire depuis plus de 120 ans, et de BTP Banque, établissement dédié depuis...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Linxea propose une nouvelle gestion pilotée 100% ETF en partenariat avec Yomoni

Linxea étoffe son offre avec une nouvelle gestion pilotée 100% ETF et fonds indiciels. En partenariat avec Yomoni, société de gestion de portefeuille française 100% digitale, Linxea propose avec l'assureur Spirica, un mandat de gestion 100% ETF sur ses contrats d'assurance vie Linxea Spirit et de capitalisation Linxea Spirit Capitalisation. Les ETF un marché́ en pleine croissance 10% des clients Linxea ont déjà choisi des ETF comme supports en unités de compte au sein de leurs...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
L’Autorité des marchés financiers dévoile ses priorités pour 2019

A l'occasion de ses vœux à la presse, Robert Ophèle, le Président de l'AMF, a appelé à un sursaut en faveur d'une plus grande intégration européenne à l'approche du Brexit et des élections européennes, pour assurer une Union des marchés de capitaux forte et compétitive. Après une année 2018 décevante, la sortie programmée du Royaume-Uni et le rendez-vous des élections européennes au printemps 2019 constituent un tournant pour l'Union européenne. Résolue à s'engager pour une Europe à 27 forte,...