Connexion
/ Inscription
Mon espace

Marchés émergents : gros plan sur l’Europe Emergente & la région MENA

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

L'analyse de Barings
Le MSCI Global Emerging Markets a cédé -2,9% en $ en mai, victime des interrogations sur un éventuel changement de politique monétaire aux Etats-Unis.

Amérique Latine

En repli de -7,2% en $, l’Amérique Latinea enregistré la plus faible performance. Au premier trimestre 2013, la croissance brésilienne n’a atteint que 0,6%. Fin mars 2013, la plus grande économie du continent sud-américain enregistre ainsi une croissance sur 12 mois de seulement 1,9%, ralentissement auquel s’ajoute la montée des pressions inflationnistes. La Banque Centrale a réagi en augmentant ses taux de 50 pb à 8%. De leur côté, les marchés des Andes(Colombie, Pérou et Chili) sont victimes de la baisse des exportations vers la Chine.
- Au Chili, la croissance du 1er trimestre atteint 4%, la consommation domestique a bondi à 6,8% et les investissements à 9,6%.
- En Colombie, la Banque Centraleaffiche également des données positives. Elle a maintenu ses taux inchangés à 3,25% et a décidé de poursuivre son programme d’achat de dollars jusqu’en septembre.
- Le Mexique a rendu public son plan national de développement dont le but est de stimuler la productivité.

Asie

- En Chine, l’indice PMI a chuté en dessous de la barre des 50 à 49,2, signe de la baisse de l’activité. La faiblesse de l’économie mondiale et la léthargie de la demande intérieure fragilise l’économie chinoise.
- En Corée, la Banque Centrale a baissé ses taux de 25 pb à 2,50%, estimant que l’économie était en-deçà de son potentiel du fait de la faiblesse de la conjoncture internationale, de la baisse du yen et du risque géopolitique en Corée du Nord.
- En Thaïlande, la Banque Centrale a elle aussi baissé ses taux de 25 pb à 2,50%, l’économie ayant souffert de la faible consommation domestique, baisse qui pourrait avoir une incidence sur l’économie nationale si le gouvernement venait à différer ses dépenses d’investissement.
- Les Philippines ont enregistré une croissance de 7,8% au 1er trimestre 2013 (soit 7% sur trois trimestres consécutifs) grâce à la hausse continue de la consommation domestique.

L’Europe Emergente et la région MENA ont mieux résisté que les autres marchés émergents et au cours du mois différentes Banques Centrales ont procédé à des baisses de taux. 

Europe émergente

- En Turquie, la Banque Centrale estime que la baisse du coût des matières premières devrait faire baisser les pressions inflationnistes et a de ce fait procédé à une baisse de 50 pb à 4,50%. Nous ne pensons pas que les manifestations de ces derniers jours, puissent prendre la tournure des manifestions du Printemps Arabe.
Compte tenu de la perspective d’élections municipales et présidentielles et d’un referendum constitutionnel en 2014, les retombées pourraient même être positives pour la démocratie.
- La Hongrie a elle aussi baissé ses taux de 50 pb à 4,50%, estimant que la croissance allait se renforcer au second semestre. La Banque Centrale note cependant que l’économie est en-deçà de son potentiel alors que le chômage est supérieur.

MENA

Le MSCI Arabian Markets ex Saudi Arabia s’affiche même en hausse sur le mois, à +3,2% en $. Dans la région MENA, la situation économique reste positive pour les pays du golfe et, globalement l’activité est bien orientée. Elle s’est légèrement ralentie en Arabie Saoudite. L’activité hors énergie s’est au contraire renforcée dans les Emirats, mais pourrait ralentir quelque peu cet été.

Dans nos portefeuilles, nous favorisons les banques et les financières. La population de la région est peu endettée, d’où de belles perspectives de développement pour les services bancaires, prêts et assurances. Les banques bénéficient également des programmes d’investissements pour les infrastructures, chantiers prioritaires des gouvernements.

A horizon long terme, et en dépit des événements politiques en Syrie et en Egypte, la région offre de belles opportunités à de faibles valorisations.

www.barings.com

 

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...