Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le cadeau de Noël de la BCE aux banques

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS
A la veille de Noël, la BCE a offert un beau cadeau aux banques de la zone euro : près de 500 milliards d’euros de prêts ont été distribués au taux fixe très avantageux de 1%. 523 banques se sont donc ruées sur cette manne providentielle qui éloigne le spectre d’un assèchement du crédit. Reste à savoir quelle va être l’utilisation de ces fonds. Rachat de dettes souveraines, relance de l’économie ? Rien n’est moins sûr.

Premier constat : une mesure « non conventionnelle » exceptionnelle qui rassure autant qu’elle inquiète.

Alors que Mario Draghi se montre inflexible sur le rachat de dettes souveraines, l’opération de refinancement à trois ans menée par la BCE prouve que l’institut francfortois est néanmoins prêt à utiliser des mesures non conventionnelles pour voler au secours des banques et éviter un « credit crunch ». Cette opération de refinancement de long terme (LTRO pour Long Term Refinancing Operation), permet de prêter sur une durée inédite de 36 mois. Or les montants de la dernière opération menée en juin 2009 d’une durée de 12 mois qui avait permis de prêter 442 milliards ont été largement dépassés. Ce qui a eu pour effet d’inquiéter les marchés. En effet les besoins semblent énormes au vu des montants empruntés. C’est dire que le mal est profond et que les banques, ne se faisant plus confiance entre elles, préfèrent aller massivement emprunter à la seule institution encore fiable, la banque des banques !

Deuxième constat : de l’argent recyclé qui va servir en priorité aux banques plutôt qu’à l’économie réelle

Ces liquidités sont bienvenues pour les banques de la zone euro, qui auront de gros besoins de refinancement l'année prochaine, et peinent à trouver des fonds alors que les investisseurs ne leur font plus confiance. Or ces mêmes banques font face à un double danger. Tout d’abord la récession va mécaniquement provoquer une montée des risques de défaut qu’il leur faut provisionner. Ensuite elles vont devoir faire face à de très lourdes échéances. Pas moins de 600 milliards d'euros de dette bancaire arrivent à maturité en 2012, dont 230 milliards pour le seul premier trimestre. Il est donc peu étonnant qu’une nouvelle opération soit programmée le 29 février 2012.

Pour résumer si le spectre de faillites d'institutions financières à cause de problèmes de liquidités semble s’éloigner, cette manne sera d’abord et avant tout utilisé à rembourser des tombées de dette et à reconstituer un matelas de sécurité en prévision d’une aggravation de la crise.

Pour ce qui est du financement des Etats, le problème reste entier. « Chat échaudé craint l’eau froide » : même avec des liquidités en quantité illimité à taux plancher, on peut imaginer que les banquiers resteront durablement à l’écart de la dette souveraine qu’ils continuent à liquider pour éviter le risque d’un scénario « à la grecque » où ils avaient approuvé une décote « consentie » de 50% de la dette.

Fabrice Cousté, DG de CMC Markets France

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....