Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le cadeau de Noël de la BCE aux banques

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS
A la veille de Noël, la BCE a offert un beau cadeau aux banques de la zone euro : près de 500 milliards d’euros de prêts ont été distribués au taux fixe très avantageux de 1%. 523 banques se sont donc ruées sur cette manne providentielle qui éloigne le spectre d’un assèchement du crédit. Reste à savoir quelle va être l’utilisation de ces fonds. Rachat de dettes souveraines, relance de l’économie ? Rien n’est moins sûr.

Premier constat : une mesure « non conventionnelle » exceptionnelle qui rassure autant qu’elle inquiète.

Alors que Mario Draghi se montre inflexible sur le rachat de dettes souveraines, l’opération de refinancement à trois ans menée par la BCE prouve que l’institut francfortois est néanmoins prêt à utiliser des mesures non conventionnelles pour voler au secours des banques et éviter un « credit crunch ». Cette opération de refinancement de long terme (LTRO pour Long Term Refinancing Operation), permet de prêter sur une durée inédite de 36 mois. Or les montants de la dernière opération menée en juin 2009 d’une durée de 12 mois qui avait permis de prêter 442 milliards ont été largement dépassés. Ce qui a eu pour effet d’inquiéter les marchés. En effet les besoins semblent énormes au vu des montants empruntés. C’est dire que le mal est profond et que les banques, ne se faisant plus confiance entre elles, préfèrent aller massivement emprunter à la seule institution encore fiable, la banque des banques !

Deuxième constat : de l’argent recyclé qui va servir en priorité aux banques plutôt qu’à l’économie réelle

Ces liquidités sont bienvenues pour les banques de la zone euro, qui auront de gros besoins de refinancement l'année prochaine, et peinent à trouver des fonds alors que les investisseurs ne leur font plus confiance. Or ces mêmes banques font face à un double danger. Tout d’abord la récession va mécaniquement provoquer une montée des risques de défaut qu’il leur faut provisionner. Ensuite elles vont devoir faire face à de très lourdes échéances. Pas moins de 600 milliards d'euros de dette bancaire arrivent à maturité en 2012, dont 230 milliards pour le seul premier trimestre. Il est donc peu étonnant qu’une nouvelle opération soit programmée le 29 février 2012.

Pour résumer si le spectre de faillites d'institutions financières à cause de problèmes de liquidités semble s’éloigner, cette manne sera d’abord et avant tout utilisé à rembourser des tombées de dette et à reconstituer un matelas de sécurité en prévision d’une aggravation de la crise.

Pour ce qui est du financement des Etats, le problème reste entier. « Chat échaudé craint l’eau froide » : même avec des liquidités en quantité illimité à taux plancher, on peut imaginer que les banquiers resteront durablement à l’écart de la dette souveraine qu’ils continuent à liquider pour éviter le risque d’un scénario « à la grecque » où ils avaient approuvé une décote « consentie » de 50% de la dette.

Lire la suite...

Fabrice Cousté, DG de CMC Markets France

Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...