Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Emploi U.S : good news is bad news ! »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Le Commentaire de Fabrice Cousté, Directeur Général de CMC Markets France

Volatilité retrouvée sur les marchés boursiers
Dans la lignée des séances précédentes, les marchés boursiers manquent encore d’orientation et subissent une certaine tension de la volatilité. Un attentisme palpable, au moment où Mario Draghi, le Président de la Banque Centrale Européenne, a livré quelques indications de première importance pour les investisseurs boursiers, hier. Le taux directeur de la BCE restera inchangé, la souplesse de la politique monétaire de l’institution sera maintenue autant que nécessaire et les hypothèses d’un taux de dépôt négatif d’ici quelques semaines est clairement envisagée. Voilà qui rassurera un peu les marchés.

Mario Draghi tempère l’optimisme des investisseurs quant aux conditions de marché actuelles.  Il a appelé qu’il ne fallait pas être « trop optimiste sur les conditions de marché actuelles, ne pas interpréter les conditions de marché actuelles comme autorisant un relâchement prolongé des règles budgétaires sans mettre en œuvre des réformes structurelles dans le même temps et sans une amélioration de la compétitivité ».

De quoi resituer les marchés dans un contexte européen récessif, lourd de conséquence en termes d’efforts budgétaires à poursuivre. N’oublions pas que certains pans de l’activité privée européenne sont encore en grande difficulté. C’est le cas des secteurs de la construction et de l’immobilier en Espagne. N’oublions pas non plus qu’en dépit d’anticipations économiques un peu plus souriantes d’ici la fin d’année pour l’ensemble de la zone euro (+1,1% en 2014 contre 1% initialement attendu), l’Allemagne, pays moteur de l’union monétaire a récemment montré quelques signes de fatigue (PIB révisé).

Les propos de Mario Draghi sur les conditions de marché devraient aussi pondérer l’enthousiasme des investisseurs, qui depuis le début de l’année, se nourrit essentiellement de la stimulation « artificielle » du rally boursier, via l’afflux de liquidités sur les marchés. Le sentiment de marché global s’est déjà inversé au Japon ces dernières semaines, en raison d’interrogations sur la capacité des « Abenomics » (mesures économiques et monétaires) à assurer une relance effective de l’économie réelle.

Paradoxe américain : la dépendance des marchés vis-à-vis de la politique de la FED les rend vulnérables à une amélioration économique
Le constat pourrait être identique aux Etats-Unis, où la relance économique est bel et bien engagée, mais où les marchés boursiers, devenus sensiblement dépendants aux injectionsmonétaires, pourraient être fragilisés en cas de retrait anticipé du « quantitatif easing » de la Réserve Fédérale. Un paradoxe, puisque les bonnes nouvelles sur le plan de l’économie réelle – l’amélioration sur le front de l’emploi, avec un chiffre peut-être proche de 200 000 créations d’emplois en mai annoncé cet après-midi ? – sont désormais perçues comme autant de « risques » de voir les marchés actions sevrés de liquidités. De plus en plus anticipée, cette perspective ne réjouit pas les investisseurs. Les premiers effets sont perceptibles sur les marchés obligataires souverains, où le T-Bond US à 10 ans se tend sensiblement. Une remontée des taux plutôt logique, avec un niveau plus conforme à l’état de santé de l’économie américaine. L’autre conséquence est le net raffermissement de la parité EUR/US sur les devises, à 1,33. L’affaiblissement du dollar face à son homologue européen témoigne d’un certain regain de nervosité sur les marchés américains. 

www.cmcmarkets.fr/

 

---------- s'abonner aux lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...