Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Economie : les Etats-Unis sur la bonne voie, les marchés émergents au ralenti et l'Europe toujours à la traîne

Par Keith Wade, Azad Zangana et James Bilson, économistes chez Schroders

- Le moteur de l’économie mondiale est toujours en rodage, et non à plein régime, la poursuite de la faiblesse de l’économie européenne ayant supplanté la modeste reprise Outre-Atlantique. Les économies émergentes sont en proie à des pressions déflationnistes,  dues en partie à la hausse du dollar et à la faiblesse des prix des matières premières. Côté positif, citons le Japon pour lequel nous avons revu à la hausse les perspectives de croissance pour l’année en cours et le Royaume-Uni dont les prévisions ont également été révisées, dans une moindre mesure. L’inflation continue de rester maîtrisée.

- Malgré des perspectives de croissance décevantes, un allègement de la rigueur budgétaire, la baisse des prix des matières premières et les signes que l’assouplissement monétaire commence à porter ses fruits par le biais des effets de richesse, devraient soutenir la reprise de l’activité à l’entame de 2014. L’activité aux Etats-Unis devrait s’accélérer et conduire la reprise mondiale. Pour autant, selon nous, la Fed devrait commencer à diminuer le rythme de ses rachats de titres à partir du 2ème trimestre 2014.

- S’agissant de nos scénarios, les pressions déflationnistes persistent, mais se sont atténuées sur fond d’apaisement des inquiétudes liées à l’Euro et au déficit budgétaire américain. Les risques d’une crise financière et d’un atterrissage brutal de la Chine sont réels. Dans son ensemble, l’équilibre des risques macro-économiques s’est élargi au cours de la dernière année et intègre  désormais les conséquences stagflationnistes (provenant d’une « guerre commerciale » ou d’un « risque règlementaire » par exemple) ainsi que des scénarios plus favorables comme une « renaissance industrielle aux Etats-Unis »

Europe : austérité et relance différées

- La zone euro continue d’être en récession. Le sixième trimestre consécutif de croissance négative incite les dirigeants à prendre des mesures. La Commission européenne recommande à certains Etats membres de différer leur politique d’austérité et d’accélérer les réformes structurelles, en particulier en matière de chômage des jeunes. 

- Prévisions de croissance pour la zone euro revues à la baisse, sur fond de faiblesse continue des indicateurs avancés. La croissance britannique a, quant à elle, été revue à la hausse, les chiffres au titre du 1er trimestre ayant été supérieurs aux attentes. L’inflation a été revue à la baisse, liée principalement à la forte baisse des prix du pétrole. De perspectives plus favorables  dépendront de l’intervention de la BCE, en matière de politique d’achat de titres adossés à des prêts aux entreprises.

La reprise des BRICs s'essouffle

- Révisions à la baisse des perspectives de croissance globale sur les BRICs au titre de l’année 2013, sur fond de dissipation des signes de reprise précédemment observées, à l’exception de l’Inde où l’amélioration de la dynamique inflationniste devrait soutenir l’activité.

Intégralité de l’analyse  www.schroders.fr rubrique "Notre recherche".

 

---------- s'abonner aux lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------



 

 

Lire la suite...


Articles en relation