Connexion
/ Inscription
Mon espace

CMC Markets France : les banques centrales font bloc pour éviter un nouveau "credit crunch"

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS
Le 1er décembre 2011

Après le rebond des marchés d’actions (autour de +4.5% pour les indices européens hier), les investisseurs marquent une pause. Les tensions sur le front de la zone euro ont été partiellement désamorcées, à court terme tout au moins, par l’annonce de l’intervention coordonnée des grandes banques centrales mondiales pour palier l’assèchement des prêts interbancaires et permettre aux banques de se refinancer. Il s’agit d’assurer la liquidité du système et surtout d’éviter un nouveau « credit crunch » comme celui survenu après la faillite de Lehman Brothers. Pour cela, la BCE, la Fed et les banques centrales suisse, britannique, canadienne et japonaise, ont conclu l’abaissement de 0.5% le coût des échanges de liquidités en dollar.

Cette détente s’est matérialisée par le succès de l’adjudication obligataire française aujourd’hui, avec l’émission de 4.346 milliards d’euros d’OAT (taux moyen à 3.18% à 10 ans). Le resserrement des spreads entre l’OAT et le Bund allemand est d’ailleurs significatif : l’écart de rendement pour les obligations à 10 ans était supérieur à 200 points de base il y a deux semaines. Il est désormais de 86 points de base.
Il s’agit là d’une normalisation salutaire, qui voit l’emprunt français traité à un coût probablement plus rationnel, en dépit de la pression des agences de notation sur le triple AAA français. En effet, en toute logique les fondamentaux français n’apparaissent pas plus risqués que ceux de pays jeunes comme la Thaïlande ou la Malaisie, il est donc logique que son coût de financement soit en adéquation avec l’échelle réelle et objective de risque !

Un peu de répit donc, en attendant le sommet européen du 9 décembre, énième réunion « décisive » en près de deux ans de crise de la dette. Il semble que les négociations préparatoires voient l’avènement de la position allemande, à savoir le maintien d’une posture de rigueur : pas d’extension des statuts de BCE (donc pas d’assouplissement quantitatif illimité de la BCE), pas de fédéralisme avec des Etats encore trop « laxistes » vis-à-vis des exigences du traité de Maastricht (donc pas d’EuroBonds). Mais plutôt l’instauration d’une plus ferme rigueur budgétaire, en modifiant notamment les traités européens. C’est pour Berlin la seule porte de sortie à la crise !


Lire la suite...

Fabrice Cousté, DG de CMC Markets France

Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...