Connexion
/ Inscription
Mon espace

Sogedev dresse le portrait de l’entreprise innovante « made in France »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS
Suite à l’annonce des résultats de sa nouvelle étude portant sur le financement public de l’innovation et son utilisation par les PME françaises, le cabinet conseil en financement public dresse le portrait de l’entreprise française innovante d’après les témoignages recueillis dans le cadre de son enquête.

Cette nouvelle étude de Sogedev se base sur un audit de 206 PME réalisé entre juillet et septembre 2011, fruit d’une analyse qualitative auprès d’entreprises innovantes, résultant d’un questionnaire en ligne envoyé à plus de 5000 PME.

En adéquation avec le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche estimant à 86% le nombre d’entreprises de moins de 250 salariés bénéficiaires du CIR en 2010, les résultats de l’enquête de Sogedev démontrent que 87% des sondés répondent à ce même critère. Les TPE et PME arrivent en tête, avec respectivement 28 et 59%.

Si toutes les régions métropolitaines ainsi que la Corse sont représentées et actives en matière d’innovation, la région Rhône-Alpes se distingue avec 20% de répondants, suivie de l’Ile de France à 14%.

Selon les résultats de l’enquête, près de ¾ des entreprises sondées proviennent du secteur de l’industrie manufacturière, à l’image de l’industrie chimique et pharmaceutique ou encore de la fabrication de produits informatiques, électroniques ou optiques. Les services, dont l’ingénierie et les études techniques, représentent 13% des répondants. Le secteur de la communication et de l’information arrive, quant à lui, en troisième position avec 10% des réponses.

L’enquête indique que 56% des répondants déclarent mener des projets collaboratifs. Pour un tiers d’entre eux, il s’agit de partenariats avec des structures publiques telles que des laboratoires publics, consortiums ou centres techniques.

Les PME innovantes disposent d’une bonne connaissance des mécanismes de financement public de l’innovation mis à leur disposition. En effet, 64% mènent des projets innovants et 73% des répondants bénéficient d’aides publiques en faveur de l’innovation. Le Crédit d’impôt recherche (CIR) reste l’aide publique la plus utilisée par les PME sondées puisqu’elles sont 45% à en bénéficier, suivi des aides Oséo (27%) et du Statut JEI (4%). Par ailleurs, les PME interrogées sont expérimentées en matière d’aides publiques et cumulent ces différentes aides. 16% des PME sondées ont commencé à utiliser les aides publiques à l’innovation en 2009. Ce résultat peut être associé à la réforme du CIR intervenue en 2008.

En plein débat au Parlement, la loi de finances 2012 ne devrait pas apporter de modification majeure au CIR, grâce notamment à une bonne notation de l'Inspection générale des finances (IGF). En effet, le rapport de l’Inspection générale des finances (IGF) sur les niches fiscales, publié le 29 août dernier a permis de démontrer qu'il s'agit d'un outil fiscal indispensable aux entreprises innovantes.

Même si le financement public de l’innovation se démocratise, 18% des entreprises auditées ne bénéficient toujours pas d’aides publiques malgré leur activité de R&D. Ce chiffre peut s’expliquer par les obstacles que les entreprises pensent rencontrer tout au long de leurs démarches. Pour 28% d’entre elles, le manque de temps est le principal frein à l’utilisation des aides, suivi du manque de compétence en interne à 11% puis du manque d’information à 6%. On remarque une évolution des obstacles rencontrés par les entreprises : dans le cadre de l’étude menée par Sogedev en 2010, 41% des répondants déclaraient alors que la méconnaissance des dispositifs publics était leur principale difficulté.

« Malgré une situation économique difficile, les entreprises françaises ont continué à se développer et ont maintenu le cap de l’innovation. Continuons à les encourager en favorisant l’accès au financement public car de leur succès et capacité à se développer dépend la santé économique de notre pays », concluent Thomas Gross et Charles-Edouard de Cazalet, Directeurs associés au sein de Sogedev.

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...