Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les médecins et leurs smartphones au travail

ABONNÉS

Plus de 9 médecins interrogés sur 10 utilisent leur smartphone à une fin professionnelle ou mixte
VIDAL, spécialiste des services d’aide à la prescription et de l’information de référence sur les produits de santé, a créé, en 2012, « l'Observatoire des usages numériques en santé ». En 2013, l’Observatoire réalise, en association avec le Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM), le 2ème baromètre consacré aux « médecins utilisateurs de smartphone ». Les principaux résultats révèlent que 94% des médecins interrogés utilisent leur smartphone à une fin professionnelle ou mixte et qu’ils téléchargent davantage les applications de base de données médicamenteuses (89,6% en 2013 contre 68% en 2012).

Forte progression des tablettes : 56% des médecins utilisateurs de smartphone en possèdent une
Selon le baromètre Vidal 2013, 66% des médecins utilisant un smartphone possèdent un iPhone, mais l’OS Android qui arrivait en seconde position en 2012 avec 18% des utilisateurs, représente désormais 27% des médecins. BlackBerry et Windows Phone perdent du terrain avec respectivement 2,6% et 2,1% d’utilisateurs (4,2% et 3,5% en 2012). En ce qui concerne la possession de tablettes, la progression est très forte passant de 37% en 2012 à 56% en 2013.
« Ces résultats attestent que les TIC en santé, loin de fragiliser la qualité de la relation médecin-patient, viennent la soutenir en renforçant le lien de forte confiance entre médecin et patient, confirmé par toutes les enquêtes d’opinion. L’utilisation du smartphone est ancrée désormais au cœur de la pratique quotidienne des médecins comme elle l’est de plus en plus dans la vie quotidienne des patients » souligne le Docteur Jacques Lucas, Vice président du CNOM, Délégué général aux systèmes d’information en santé.

Plus d’un médecin sur deux utilisant un smartphone (56,2%) possède des applications médicales
L’information sur le médicament est omniprésente puisque que les téléchargements concernent à plus de 89% les bases de données médicamenteuses (+20% en 1 an) et à 75,5%, les interactions médicamenteuses (+10% en 1 an).
« Cette évolution traduit probablement une volonté de sécurisation de la prescription de la part des professionnels de santé, d’autant que 35% des répondants font toujours de leur smartphone un véritable outil d’accompagnement pour la prescription » précise Charles Duros, Directeur de la communication & du CRM de VIDAL. Bien que l’indice de confiance varie en fonction de l’éditeur de l’application, les médecins interrogés sont 61% à être prêts à payer pour une application mobile, aussi bien pour une base de données médicamenteuses que pour des recommandations de bonnes pratiques (de 0 à 10€ pour respectivement 43% et 57,7% d’entre eux).

8% des médecins utilisateurs de smartphone recommandent une application santé à leur patient
Le 2ème baromètre Vidal révèle que, comme en 2012 :

  • 86% des médecins interrogés laissent leur smartphone allumé en consultation
  • 81% n’hésitent pas à y répondre
  • plus d’un médecin sur deux communique son numéro aux patients

Ces résultats soulignent qu’il existe un lien fort entre médecin et patient. Cependant, en raison d’une offre très large d’applications santé disponibles sur les boutiques en ligne pas toujours fiables (près de 14 000 applications santé sur l’Appstore), seuls 8% des médecins utilisateurs de smartphone recommandent une application santé à leur patient.

1 médecin interrogé sur 5 utilise les réseaux sociaux à des fins professionnelles

Seulement 19,4% des médecins utilisateurs de smartphone pratiquent les réseaux sociaux pour un usage professionnel : Facebook est le plus utilisé avec 88,3% d’utilisateurs, loin devant twitter (30,6%) et linkedin (16%).

 

---------- s'abonner aux lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...