Connexion
/ Inscription
Mon espace
BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Organiser une réunion business en Allemagne et dans les pays scandinaves

Tribune libre de Laurent Garin, Senior Adviser chez Relecom&Partners

Au total, 2 200 entreprises françaises sont présentes en Allemagne et génèrent 400 000 emplois. Réciproquement, l’Allemagne investit également largement sur le sol français. A trop croire que l’on connaît l’Allemagne par ce qu’on en entend dans les medias, on oublie souvent que l’Allemagne reste un pays étranger dans lequel les pratiques business et l’art de vivre diffèrent des pratiques françaises.

Préparer la réunion. Les allemands, comme les scandinaves, mettent un point d’honneur à bien préparer les réunions. Chaque réunion a un objet précis et un objectif. Ainsi, en amont de la réunion, un ordre du jour précis sera adressé à chaque participant permettant à chacun d’apporter précisions, contre-propositions, etc, si nécessaire. Dans l’ordre du jour, seront précisés les noms et titres de tous les participants. La salle de réunion sera propre et si possible lumineuse ; et l’on aura pris soin de mettre à disposition des participants du café, du thé, de l’eau, des biscuits et des fruits.
Si les allemands et les scandinaves sont pointilleux sur la préparation et la tenue des réunions, ils attendent en retour le même comportement de la part des français avec qui ils auraient à collaborer.

Déroulement de la réunion. Contrairement aux pays latins qui considèrent le ¼ d’heure de retard comme de la politesse, en Allemagne ou en Scandinavie, il est bienvenu d’arriver 5 mn avant l’heure de la réunion. La ponctualité et le respect des timings sont rigoureusement respectés.
La réunion débute par une présentation formelle des participants et la raison qui explique la pertinence de leur présence.
Puis, on passe en revue l’ordre du jour. En cas d’urgence, il sera possible à ce moment de demander à rajouter le sujet « prioritaire » qui sera traité en fin de réunion.
Les interlocuteurs sont là pour donner ou obtenir un accord sur les décisions portées dans l’ordre du jour et sur le plan d’actions proposées. En aucun cas, c’est un « brainstorming » comme chez les français. De même, on évitera un maximum les digressions. « Straight to the point », ce qui peut être considéré comme de l’agression par les Français. En conséquence, la discussion peut être très animée, le sens de la diplomatie et l’art oratoire n’étant pas des méthodes utilisées par les allemands ou les scandinaves. Ils préfèrent l’efficacité.

Fin de la réunion et suivi. Il est essentiel que la réunion conserve tout du long un ton cordial. Ainsi, l’agressivité éventuellement ressentie devra être gommée avant de se quitter. En fin de réunion, un point sera fait sur les décisions prises à réaliser. Un compte-rendu complet sera également à adresser dans les 48h.

*Relecom&Partners  Fort d’une capacité à intervenir dans 27 pays, la société accompagne ses clients lors de missions variées : benchmarks concurrentiels, soutiens aux appels d’offre, recherches de financement, fusions-acquisitions ou encore gestion de litiges. Depuis sa création, Relecom & Partners a ainsi permis de conclure une trentaine de projets d’implantation dont 5 acquisitions et 3 partenariats clefs..
www.relecom-partners.com

 

 

---------- s'abonner aux lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

Lire la suite...


Articles en relation