Connexion
/ Inscription
Mon espace

CMC Markets France : "Mini sommet européen : Angela Merkel dit "Nein" à la mutation de la BCE et aux Eurobonds

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS
Tous les regards étaient tournés vers le mini-sommet européen du 24 novembre, qui aurait pu marquer une inflexion de la position allemande concernant la politique monétaire en zone euro. Hélas, la réunion entre Angela Merkel, Nicolas Sarkozy et Mario Monti est une colossale déception, une fois de plus.

La ligne de conduite allemande reste ferme. Si une proposition de modification des traités européens sera émise lors du sommet européen du 9 décembre, pour une réelle harmonisation fiscale européenne (« union fiscale »), rien n’a évolué sur le front du statut de la BCE, dont les prérogatives sont encore loin du modèle de la Fed et d’un assouplissement quantitatif massif. Même constat sur le concept « d’Euro-bonds » pour une harmonisation obligataire à l’échelle de l’eurozone, auquel l’Allemagne est opposée. En clair, le fédéralisme européen tant souhaité par les marchés ainsi que nombre de dirigeants européens est loin d’être acquis.

Du côté des marchés, l’adjudication allemande d’hier a connu un succès mitigé, en raison d’un taux peu attractif (Bund à 10 ans à 1.98 %) qui ne fait pas rêver les investisseurs. L’agence de la dette allemande n’a réussi à placer que 3.6 milliards d’euros (sur 6 milliards), dont 39% souscrits par la Bundesbank. De façon plus globale, on remarque que les investisseurs institutionnels mondiaux désertent les marchés obligataires de la zone euro, même ceux des pays autrefois réputés pour leur sécurité (Allemagne, France, Autriche).

Sur les marchés d’actions, les incertitudes macroéconomiques ambiantes font également fuir les investisseurs. Les indices sont à la baisse, faute d’acheteurs, comme en témoignent les volumes d’échanges anémiques sur le Cac 40, à seulement 2.6 milliards d’euros. Nous sommes donc face à un marché éminemment technique, assez difficile à cerner pour l’investisseur qui a des liquidités à placer. Quelques opportunités émergent toutefois, à l’image des titres Air France et Arkema, qui ont respectivement rebondi de 10.03% et 6.54% sur la séance (Air France et Arkema ont bénéficié de recommandations à la hausse de Société Générale et de JP Morgan).
A court /moyen terme, la valeur refuge ultime peut se trouver Outre-Atlantique sur les T-bonds US, en dépit des difficultés politiques à trouver un accord sur la gestion du déficit américain.


En conclusion, la situation européenne reste très préoccupante et le sommet du 9 décembre ne suffira pas à résorber durablement les tensions sur les dettes souveraines. Toutefois, il nous paraît peu probable que les marchés actions subissent une chute supplémentaire dans les prochaines semaines (et que le Cac 40 passe sous la barre des 2.500 points), tant le scénario pessimiste de l’enlisement dans la crise en zone euro et les perspectives de récession en 2012, sont déjà intégrés dans les cours des indices.

Lire la suite...

Fabrice Cousté, DG de CMC Markets France

Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...