Connexion
/ Inscription
Mon espace

Correction sur les bourses mondiales : les marchés anticipent la fin du « dopage monétaire »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Analyse de Fabrice Cousté, Directeur Général de CMC Markets France

Majoritairement vendeurs sur les actions au cours des dernières séances, après de confortables prises de bénéfices, les investisseurs vont probablement devoir s’adapter à un regain de volatilité dans les prochaines semaines. La consolidation du jour sur les principaux indices reflète assez bien l’extrême accoutumance des marchés boursiers au dopage monétaire des banques centrales, Réserve Fédérale US et Banque du Japon (BoJ) en tête.
C’est à Tokyo que le repli des actions a été le plus sévère. Après six mois d’un rallye intense et ininterrompu, l’indice Nikkei vient de décrocher de 7,32%. En Europe, l’Eurostoxx50, le Dax ou le Cac40 cèdent, à l’unisson, près de - 2%. La correction généralisée sonne comme un difficile retour à la réalité, après une cure d’assouplissement quantitatif inouïe, qui a galvanisé les marchés.

Seulement voilà, les « perfusions » des banques centrales, de nature exceptionnelle, devront tôt ou tard se débrancher progressivement et les investisseurs devront s’accommoder d’un environnement monétaire normalisé : diminution des rachats d’actifs obligataires de la part de la Fed, donc moins d’injection de liquidités sur les marchés, relèvement progressif des taux directeurs, tension attendue des taux d’intérêt… en somme des conditions bien moins porteuses pour les actifs à risque.

La réaction de la Bourse nippone n’est pas anodine. Le mouvement de panique des opérateurs de marché, qui a fait flancher les actions japonaises la nuit dernière, est à la mesure de l’envergure du dispositif monétaire mis en place par la BoJ, sous l’impulsion du premier ministre Shinzo Abe. L’assouplissement quantitatif de la banque centrale est en train de faire doubler la masse monétaire du pays et a d’ores et déjà permis une dépréciation du yen de 23,5% face au dollar au cours des six derniers mois, favorable à un regain « mécanique » de la compétitivité des exportations nippones. Reste que cette stimulation économique est encore loin de pouvoir amorcer un rééquilibrage structurel de la balance commerciale japonaise. Dans les faits, les volumes des ventes nippones aux pays occidentaux, sont encore insuffisants pour valider le scénario d’une véritable reprise économique. Quelque peu irrationnel – dans son rythme de progression – mais aussi superficiel – parce qu’essentiellement supporté par ces mesures monétaires – le rallye nippon devenait intenable, dans des marchés littéralement surachetés.

À Wall Street, les actions ne sont pas plus à l’abri d’une ferme correction à court terme. Hier, de nets sursauts de volatilité ont ponctué la séance sur les marchés de matières premières et sur le Forex, au fur et à mesure des déclarations du patron de la Fed, Ben Bernanke. Principal point d’incertitude pour les investisseurs, le timing et le niveau de souplesse dont fera preuve la Fed lors de son cycle de resserrement monétaire. D’un côté, Ben Bernanke a pleinement conscience que l’arrêt programmé du « Quantitative Easing » sera inévitable, surtout si la reprise économique US est légitimée par un taux de chômage moindre dans les mois à venir. De l’autre, un resserrement prématuré ou trop brutal « comporterait le risque de ralentir ou de stopper la reprise, avec un plus fort recul de l’inflation » selon Bernanke. Le dilemme de la Fed pourrait bien susciter un coup d’arrêt pour les places américaines, d’autant que les investisseurs se portent de plus en plus vendeurs sur les indices US actuellement perchés sur des plus hauts historiques.

 

---------- s'abonner aux lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...