Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les investisseurs reprennent confiance en 2013

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Une étude menée par le groupe Schroders auprès de 14 800 investisseurs répartis dans 20 pays, révèle que 81% des investisseurs individuels affichant un patrimoine financier à investir dans les 12 prochains mois supérieur ou égal à 10 000€, comptent soit investir le même montant soit l’augmenter de 3% au cours de l’année à venir, accompagnant ainsi la reprise récente des marchés boursiers mondiaux.

Les investisseurs asiatiques augmenteront leurs investissements de 5,5% pendant cette période, alors que l’augmentation de la part des investisseurs européens n’est que de 1%.

Les épargnants français se disent prêts à prendre davantage de risques : 48% des personnes interrogées sont plus confiantes quant aux opportunités d’investissement existantes en 2013 par rapport à 2012, avec notamment un attrait pour les actions.

Pour Nuno Teixeira, Directeur Général de Schroders France,« Plus de la moitié des investisseurs français considèrent que l’Asie offre le meilleur potentiel de performance pour les 12 prochains mois. On remarque également que les investisseurs français s’appuient de plus en plus sur un conseil professionnel extérieur pour gérer leurs investissements. Pour près de 40% d’entre eux, l’aide d’un professionnel, banquier ou conseiller en gestion de patrimoine, est décisive pour orienter leurs décisions d’investissement ». Ce constat est moins vrai au niveau mondial où seul 34% des sondés privilégient le recours à un conseil professionnel.

En dépit d’une performance boursière de près de 20% en 2012, l’Europe est toujours moins bien perçue par les investisseurs dans leur ensemble : seulement 12% des investisseurs en Europe et au Moyen-Orient, et 9% aux États-Unis sont d’avis que les pays de l’Europe occidentale offrent des opportunités d’investissements intéressantes. Même constat auprès des investisseurs asiatiques, où 7% seulement considèrent les investissements occidentaux comme attrayants.

En ce qui concerne leurs préférences en matière de produits pour l’année prochaine, le rééquilibrage tant attendu vers l’investissement en actions est net et croissant : 68% des investisseurs sondés veulent investir en actions en 2013 alors que seule une proportion de 25% d’entre eux compte investir en obligations.

Informations complémentaires : www.schroders.fr et  www.schroders.com/talkingpoint

 

---------- s'abonner aux lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...