Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Les investisseurs européens reviennent vers les fonds actions, tout en continuant d'affluer vers les fonds obligataires ;

Selon les dernières statistiques de Morningstar, les investisseurs européens reviennent lentement vers les actions, mais la poursuite de la ruée vers les obligations vient minorer les flux positifs pour le deuxième mois consécutif vers les fonds actions. Du coup, les fonds obligataires l'emportent avec une collecte de 22,05 Mds€ en octobre.

Principales conclusions ressortant des statistiques de Morningstar en octobre 2012 : 

- Les fonds obligataires risqués ont été les plus recherchés sur le segment obligataire le mois dernier, sous la conduite des fonds high yield, des obligations privées et des fonds obligataires émergents.

La quasi totalité des 10 meilleures collectes d'octobre concerne des maisons très présentes sur l'obligataire ; PIMCO continue d'être le plus gros bénéficiaire de l'engouement des investisseurs pour ces fonds.

- Les fonds d'allocation ont bénéficié d'une stabilité de leur collecte, engrangeant 2,76 Mds€. Les fonds d'allocation prudente en euros ont mené la danse pour cette catégorie, collectant 1,21 Md€ en octobre, suivis par les fonds d'allocation flexible en euros et en livres sterling.

- La catégorie Morningstar des fonds d'allocation émergents a affiché une collecte modeste de 86 M€, mais elle demeure la catégorie d'allocation qui affiche la plus forte progression depuis le début de l'année, avec une collecte nette de 68%.

- BNP Paribas, Santander et Amundi sont parmi les sociétés de gestion ayant connu des rachats importants.

« La logique des investisseurs en ce qui concerne l'engouement pour les fonds obligataires donne matière à interprétation. A première vue, les investisseurs européens semblent s'accommoder du risque et rester indifférents au resserrement des spreads sur le crédit, tout en demeurant prudents lorsqu'il s'agit de fonds actions. Mais la perte de repères pourrait aussi être un moteur puissant dans leur attitude. Les investisseurs institutionnels se trouvent face à un problème à long terme de gestion actif/passif, et cela ne peut pas être résolu en investissant dans des obligations d’État peu risquées, mais affichant de faibles rendements. Dans le même temps, les investisseurs continuent de privilégier les fonds phares de maisons bien connues comme PIMCO et AllianceBernstein », commente Ali Masarwah de l'équipe de recherche européenne de Morningstar.


Lire la suite...


Articles en relation