Connexion
/ Inscription
Mon espace

Contexte favorable au pouvoir d’achat immobilier des ménages mais forte disparité en fonction des régions

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Le baromètre trimestriel Capacim* permet de mesurer le pouvoir d’achat immobilier des ménages pour un bien correspondant à leurs besoins et compte tenu de leur structure familiale. Réalisé en partenariat avec le Crédit Foncier par la chaire Ville et Immobilier de la Fondation de l’Université Paris-Dauphine, le baromètre Capacim intègre quatre facteurs : taux de chômage, revenu des ménages, taux d’intérêt de crédit et prix de l’immobilier.

Il concerne Paris, 19 communes franciliennes et 6 villes de province sur le marché de l’ancien. Pour la dernière période de référence du baromètre, le 3ème trimestre 2012, les évolutions observées sur les facteurs pris en compte sont les suivantes :
- Le taux de chômage francilien s’est stabilisé au niveau du trimestre précédent, tout comme dans les régions Aquitaine, PACA et Midi-Pyrénées ; il a augmenté modérément dans les autres régions.
- L’évolution des revenus est restée positive, même si elle est faible.
- Les taux d’intérêt sur les crédits à l’habitat ont poursuivi leur baisse.
Compte tenu des évolutions des trois précédents facteurs, une attention particulière doit être apportée à l’évolution locale des prix des logements. En effet, leur sens de variation est déterminant pour une bonne appréciation de la capacité des ménages à acquérir un bien correspondant à leurs besoins.

A Paris : légère baisse du pouvoir d’achat immobilier
Au 3ème trimestre 2012, la part des ménages ayant la capacité d’acquérir un logement correspondant à leurs besoins s’établit à 43,0%contre 43,3% au trimestre précédent : environ 38 600 ménages franciliens supplémentaires se retrouvent ainsi exclus du marché de la capitale. Cette érosion touche toutes les catégories socio-professionnelles, à l’exception de celle des « Artisans, Commerçants et Professions libérales », demeurée stable.

En Ile-de-France, un pouvoir d’achat immobilier amélioré dans la plupart des villes étudiées
Les plus fortes progressions : Neuilly-sur-Seine (+11%), Enghien-les-Bains (+5,6%) et Vincennes (+3,2%).
- Les fortes baisses : Saint-Mandé (-16%), Issy-les-Moulineaux (-2,3%) et Saint-Denis (-0,73%).
- De fortes disparités demeurent : le pouvoir d’achat immobilier des ménages s’élève à 33,9% à Neuilly-sur-Seine, tandis qu’il est de 73,5% à Evry.

En province, une évolution contrastée sur les six villes suivies :
Nantes et Toulouse : progression derespectivement +2,18% et +0,90%
- Bordeaux : pouvoir d’achat stable
- Marseille : recul de -8,07%
- Lille : recul de -2,49%
- Lyon : recul de 0,97%

Les disparités observées en province sont relativement moins marquées qu’en Ile-de-France, allant de 47,8% à Marseille à 70,2% à Nantes.

*Capacim : CAPacité d’AChat IMmobilier

Lire la suite...


Articles en relation