Connexion
/ Inscription
Mon espace
Questions de gestion
ABONNÉS
Partager par Linked-In
Partager par Twitter
Partager par Xing
Partager par Facebook
Partager par email
Suivez-nous sur feedly

[Question de Gestion] "Souffrir à court terme pour profiter à long terme"

Dans ses perspectives annuelles, Robeco anticipe une forte embellie des perspectives de rendement des principales classes d'actifs au cours de l'année 2023, mais pas avant que l'inflation, les taux d'intérêt et le dollar n'atteignent d'abord d'importants pics. Ces pics sont en vue mais ils n'ont pas encore été atteints.

Les banques centrales sont toujours à la lutte pour réduire le taux d'inflation et l'avant-dernière hausse du cycle de durcissement monétaire ne saurait tarder. Les taux à court terme des obligations souveraines restent supérieurs aux taux officiels et le dollar continue de régner sans partage. Cette dernière étape de l'ascension vers les sommets s'accompagne de souffrances à court terme, car la totalité de l'univers multi-actifs sombre dans l'épuisement et la capitulation.

Alors que 2023 approche à grands pas, Robeco anticipe une baisse des bénéfices par action de 20 à 30%, ce qui rend les valorisations du High Yield plus intéressantes que celles des actions. Pourtant, lorsque les taux réels diminueront et que la baisse des bénéfices sera totalement prise en compte en 2023, un point d'inflexion majeur dans les valorisations des actions devrait être atteint vers 2024. Robeco pense qu'à la mi-2023, lorsque le taux de chômage atteindra 5% environ et que la désinflation s'accélérera, de bons points d'entrée pour les durations longues devraient apparaître dans l'obligataire, suivis par des creux acceptables sur les marchés risqués des obligations et des actions. 2023 s'annonce comme un millésime particulièrement prometteur pour les actions des marchés émergents, hors Chine. Non seulement les marchés émergents surperforment généralement les marchés développés dans un contexte de dévaluation du dollar, mais le ralentissement du cycle des résultats dans les marchés émergents est également plus mature parce que les banques centrales de ces pays ont devancé celles des marchés développés dans la lutte contre l'inflation

Dans sa lutte contre la crise de l'énergie en 2023, l'Europe sera confrontée à un dilemme, entre efficience et sécurité économique. Augmenter l'efficacité énergétique ne suffira pas à la région pour se passer du gaz russe. Car le plafonnement des prix censé assurer la sécurité énergétique des ménages à faible revenu pourrait également accroître la demande, et donc intensifier la crise énergétique. D'un autre côté, la nécessité étant mère de l'invention, nous pensons que les objectifs de la transition énergétique s'aligneront sur l'accélération de la sécurité énergétique et une réduction des empreintes carbone.

Robeco anticipe une augmentation en 2023 de la part des stratégies d'investissement durable dans les actifs sous gestion, car les investisseurs continuent de chercher des solutions aux multiples défis que l'humanité doit affronter, notamment le réchauffement climatique, la crise liée au coût de la vie et les inégalités de revenus.

Pour Colin Graham, responsable des solutions multi-actifs : « Nous pensons que c'est une erreur de croire que les banquiers centraux peuvent empêcher un ralentissement cyclique et assurer un atterrissage en douceur en 2023. Nous anticipons au contraire un atterrissage forcé. Par ailleurs, dans la mesure où les récessions ont tendance à être extrêmement désinflationnistes, nous estimons que cela fera reculer l'inflation. Une fois que l'inflation, les taux d'intérêt et le dollar auront atteints leur sommet respectif, 2023 finira par enregistrer des rendements nettement meilleurs dans toutes les grandes classes d'actifs. »

Rachel Whittaker, responsable de la recherche en investissement durable, poursuit : « Selon nous, plusieurs raisons expliquent pourquoi la part de l'investissement durable dans les actifs sous gestion augmentera plus vite que celle du reste du secteur. Par exemple, il est prouvé que l'intégration des considérations ESG dans l'analyse financière peut contribuer aux performances financières à long terme, par exemple en réduisant les risques environnementaux ou sociaux non anticipés, ou en identifiant de nouvelles opportunités de croissance. Par ailleurs, une plus grande prise de conscience sociétale des enjeux de durabilité incite davantage d'investisseurs à aligner leurs portefeuilles sur leurs valeurs, tandis que le nombre croissant de stratégies durables permet à un plus grand nombre d'entre eux de viser des objectifs à la fois durables et financiers. »

Lire la suite...


Articles en relation