Connexion
/ Inscription
Mon espace
Questions de gestion
ABONNÉS
Partager par Linked-In
Partager par Twitter
Partager par Xing
Partager par Facebook
Partager par email
Suivez-nous sur feedly

[Question de Gestion] Abattre les faucons

Extrait du CIO Weekly de Neuberger Berman

Par Brad Tank, CIO - Fixed Income de Neuberger Berman


Alors que le message de la Fed devient plus flou, les marchés se concentrent sur les données.

Depuis plus d’un siècle, les oiseaux de proie bénéficient d'une protection légale en Amérique du Nord. Néanmoins, les marchés obligataires ont persisté à s'en prendre au groupe de faucons au sein du conseil actuel de la Fed.

Lorsque les données de l'indice des prix à la consommation américain (IPC), publiées le 13 octobre, se sont avérées bien pires que les attentes du consensus, les taux ont atteint de nouveaux sommets. Alors que les marchés retraçaient une partie de cette hausse, le président Jerome Powell a tenu un discours clairement plus belliciste à la suite de la réunion du 2 novembre que dans le communiqué de presse émis. Ainsi, les taux du marché sont rapidement revenus à leurs récents sommets, voire au-delà.

Quelques jours plus tard, les données de l'IPC publiées le 10 novembre étaient bien meilleures que prévu, ce qui a déclenché un rallye du marché du Trésor américain, passant de 35 à 56 points de base, sur l’ensemble de la courbe des taux. Cependant, ce mouvement s’en est suivi d’un rappel à l’ordre des faucons.

Que penser de tout cela ? Les marchés " combattent-ils la Fed " ? Ou l'ignorent-ils tout simplement ?


Refroidissement

Les données sur l'inflation du 10 novembre étaient en majorité encourageantes.

L'inflation de l'énergie est repartie à la hausse et pourrait rester volatile en raison de l'incertitude entourant les sujets géopolitiques sensibles et la politique COVID de la Chine, mais l'inflation des produits alimentaires a commencé à montrer des signes de décélération. Nous pensons qu'elle se normalisera rapidement d'ici le premier semestre de l'année prochaine. En effet, les biens de base ont glissé vers la déflation en raison de la baisse des prix des voitures d'occasion et de l’amélioration sur les chaînes d'approvisionnement.

La dynamique dans les services, qui peut générer une inflation plus persistante, était moins évidente. L’immobilier est redescendu de son sommet en raison de la faiblesse des marchés du logement et de la location, et bien que nous nous attendions à ce que cette baisse se poursuive, nous pensons que le taux de décélération des prix du logement sera plus lent et moins profond que la chute. L'inflation des services de base hors logement a également ralenti, mais cela est, en grande partie, dû à des problèmes techniques dans le secteur des soins médicaux, pour lesquels nous anticipons un rebond des prix au cours des prochains mois.

Malgré les signes encourageants indiquant que les indices d'inflation « moyenne ajustée » plafonnent, suggérant que l'augmentation des prix pourrait avoir atteint son sommet, il convient de noter que les prix de nombreux articles qui présentent généralement une inflation à « persistance élevée » restent élevés et continuent d’augmenter. Cela semble se refléter dans une récente hausse des enquêtes sur les attentes des consommateurs en matière d'inflation à long terme, ainsi que dans les solides données publiées mercredi dernier sur les ventes au détail aux États-Unis. […]

Lire la suite...


Articles en relation