Connexion
/ Inscription
Mon espace
Questions de gestion
ABONNÉS
Partager par Linked-In
Partager par Twitter
Partager par Xing
Partager par Facebook
Partager par email
Suivez-nous sur feedly

[Question de Gestion] Le resserrement des conditions commence à peser sur l’économie

Allocation T4 2022 : extrait des perspectives de Neuberger Berman

Deux jours après la publication des dernières perspectives prudentes du Comité d’allocation d’actifs ("le CAA" ou "le Comité"), l'indice MSCI All Country World des actions mondiales a entamé un rally de 12% sur cinq semaines. L'exubérance du milieu de l'été n'a pas ébranlé notre conviction. Nous étions convaincus qu'elle reposait sur une lecture trop optimiste des données relatives à l'inflation à court terme, ainsi que sur la résistance des bénéfices des entreprises et la volonté des banques centrales d'assouplir leurs politiques rapidement. Lorsque le Comité s'est réuni à nouveau fin septembre, le rendement des bons du Trésor américain à deux ans avait grimpé considérablement au-dessus de 4,25% et les actions étaient retombées à leurs plus bas niveaux de 2022.

Mais si les investisseurs semblent avoir accepté que les banques centrales prennent au sérieux la lutte contre l'inflation, beaucoup semblent encore réticents à admettre que les prévisions de bénéfices des entreprises sont susceptibles d'être encore revues à la baisse, compte tenu du durcissement des conditions financières et du ralentissement économique. Par conséquent, nous anticipons une volatilité accrue et une baisse des marchés boursiers mondiaux. Dans le même temps, si nous continuons à privilégier la qualité et la duration courte du crédit, les rendements actuels pourraient amortir une grande partie de l'élargissement potentiel des spreads. Bien que nous ne soyons pas franchement optimistes à l'égard du crédit, nous le préférons aux actions, car il s'agit d'un moyen d'intégrer un potentiel de rendement dans nos perspectives tout en progressant dans la structure du capital.

Dans l'ensemble, la diversification et la gestion des risques sont nos mots d'ordre à l'approche d'un hiver potentiellement difficile, ce qui nous permet d'avoir une opinion positive sur les liquidités et les stratégies de trading macro non corrélées. Pour l'instant, nous anticipons que le début de l'été 2023 soit une période plus propice pour éventuellement mettre à jour nos opinions sur le risque, mais ce n’est pas encore le moment.

Nous soutenons depuis plus d'un an que l'inflation mondiale sera probablement plus durable et plus problématique au cours des prochains cycles, et ce, avant même que l'invasion de l'Ukraine ne vienne jeter de l'huile sur le feu. La démondialisation et la décarbonisation de l'économie mondiale, les changements démographiques et politiques en Chine, le renforcement de la position de négociation de la main-d'œuvre par rapport au capital, la tendance croissante au populisme fiscal et la pression constante exercée sur les banques centrales pour qu'elles adoptent une politique accommodante – nous pensons qu’il s’agit là de certaines des tendances macroéconomiques mondiales les plus importantes, que nous percevons toutes comme inflationnistes. Il s'agit d'une hypothèse centrale qui sous-tend une série de nos perspectives à long terme, exposées dans notre récente publication, Investing at a Crossroads: Three Themes for Today’s New Challenges..

Par conséquent, lorsque les données publiées le 10 août ont montré une chute assez importante du taux d'inflation de l'indice global des prix à la consommation (IPC) aux États-Unis en juillet, nous avons accueilli la nouvelle avec la plus grande prudence.

Nous nous attendons à ce que les taux d'inflation atteignent un pic dans les mois à venir, mais nous pensons également que le retour à une situation plus normale sera long et chaotique. […]

Lire la suite...


Articles en relation