Connexion
/ Inscription
Mon espace
Placements
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Placements] Post-Covid, conflit russo-ukrainien, inflation, n’endiguent pas la vitalité d’épargne des Français…

… selon le « Baromètre 2022 de l’Épargne en France et en régions » 72% des épargnants placent de l’argent au moins une fois tous les 6 mois

Le « Baromètre 2022 de l’Épargne en France et en régions », 4ème édition, d’Altaprofits, société de conseil en gestion de patrimoine sur Internet, réalisé par IFOP, analyse ici le comportement d’épargne des Français pour assurer leur avenir et préparer leur retraite. La succession d’évènements économiques de forte amplitude, susceptibles d’avoir une incidence directe sur le quotidien des Français, n’a pour l’instant pas d’impact sur leur épargne


1/ Les Français restent de bons épargnants

84% d’entre eux possèdent au moins un produit d’épargne, 56% en ont même plusieurs. Ces données sont stables par rapport à celles du précédent baromètre. Malgré la conjoncture économique, les épargnants français demeurent nombreux à placer de l’argent :  93% abondent leur(s) produit(s) d’épargne.

Dans le détail, 72% des épargnants placent de l’argent au moins une fois tous les 6 mois et 42% chaque mois.

En régions. Ce sont les Bourguignons et les Francs-Comtois qui sont les plus nombreux à posséder au moins un produit d’épargne (92%) et plusieurs (64%). Les habitants de la région Grand Est sont les moins nombreux à avoir au moins un produit d’épargne (80%) ; en même temps, c’est dans le Grand Est qu’on abonde le plus son ou ses produits d’épargne (97%) alors qu’en région Provence-Alpes-Côte d’Azur-Corse on abonde le moins (90%).

2/ L’épargne a toujours pour vocation principale de faire place aux imprévus

Près d’un épargnant sur deux (46%) continue à déclarer que le principal motif d’épargne est de constituer une épargne de précaution, pour faire face aux imprévus. Qu’il s’agisse de petits imprévus du quotidien, comme une panne de voiture ou le remplacement d’un appareil pour 31% ou, plus spécifiquement dans le contexte actuel, pour faire face à une éventuelle situation exceptionnelle (perte d’un emploi, soutien à un proche, arrivée d’un enfant) pour 15%.

3/ Les épargnants français continuent à montrer peu d’intérêt pour le risque

La grande majorité des épargnants français (71%) continue à préférer se tourner vers des produits sans risque, même s’ils ont un faible rendement. 16% privilégient plutôt des produits un peu risqués, avec un rendement espéré plus important et seuls 5% optent d’abord pour des produits risqués qui peuvent laisser espérer un rendement important. En parallèle, sans bousculer cette hiérarchie observée lors des deux baromètres précédents, des produits plus responsables pour l’environnement et la société, quel que soit leur rendement, sont mentionnés en priorité par 8% des épargnants.

En régions. Les Hauts-de-France et la Nouvelle-Aquitaine sont les régions qui privilégient le plus la sécurité d’un produit d’épargne à faible rendement (respectivement 77 et 76%). A l’opposé, le moins, en région Pays de la Loire (65%).

4/ Les produits d’épargne

78% des Français, possédant au moins un produit d’épargne, ont privilégié les livrets réglementés (Livret A, LDD, PEL, …). Ils sont 32% à avoir placé leur argent disponible dans un contrat d’assurance vie ou de capitalisation. 13% ont épargné dans un Plan Épargne Actions (PEA), 9% sur un Plan Épargne Retraite (PER).

En régions. Les habitants des Pays de la Loire et de la Bretagne sont les plus nombreux à épargner sur les livrets réglementés (respectivement à hauteur de 88% et de 87%). Les Franciliens, les habitants des Pays de la Loire sont les plus nombreux à choisir de placer sur un contrat d’assurance vie ou de capitalisation (37% dans chacune des régions). Ce sont les habitants du Centre-Val de Loire et toujours ceux des Pays de la Loire qui portent le plus d’intérêt à épargner dans un Plan Épargne Actions (PEA), (17% dans les deux régions). Le Grand Est (13%) et le Centre-Val de Loire (13% également) affichent le plus grand nombre d’adeptes du Plan Épargne Retraite (PER).

5/ Les valeurs refuges

45% des Français désignent l’immobilier et 26% l’assurance vie comme meilleurs « remparts » contre l’inflation. Viennent ensuite, l’or pour 19% d’entre eux et la bourse pour 9%.

En régions. Les habitants du Centre-Val de Loire optent à 52% pour l’immobilier, les habitants des Hauts-de-France à 34% pour l’assurance vie. L’or est plébiscité par 22% des Bourguignons et Francs-Comtois, et autant par les Franciliens. 13% des habitants des Pays de la Loire tablent sur la bourse. Pour 38% des Bretons aucun de ces placements ne protège de l’inflation.


Stellane Cohen, Présidente d’Altaprofits, conclut :
« Après deux années exceptionnelles, le taux d’épargne des Français par rapport au revenu brut reste encore, en ce début d’année, à un niveau très élevé. Les livrets règlementés mais également l’assurance vie gardent leur préférence. Pour cette dernière, une place significative est faite aux unités de compte libellées en supports immobilier et actifs réels qui répondent mieux à un contexte inflationniste.
Le fonds Croissance nouvelle génération offre aussi une vraie alternative avec un horizon de placement à plus long terme. Rechercher la meilleure solution pour nos épargnants est notre raison d’être qu’elle soit financière, assurantielle ou digitale. »

" Baromètre IFOP pour Altaprofits, 2022 "

 

 

Lire la suite...


Articles en relation