Connexion
/ Inscription
Mon espace

Distorsion des marchés financiers

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Voilà comment pourrait se résumer la situation des marchés boursiers européens au regard du sombre tableau macroéconomique.

Par Fabrice Cousté, Directeur Général de CMC Markets France 
Alors que la zone euro reste enlisée dans un environnement récessif, où le niveau du chômage atteint des niveaux records en Espagne et en France, les places boursières ont affiché une surprenante reprise depuis quelques séances. Les indices Eurostoxx50 et CAC40 ont ainsi progressé d’environ +4,3% sur les cinq dernières séances, retrouvant des performances un peu plus attractives pour les investisseurs qui ont parié sur ces marchés depuis le début de l’année.

Mais quels sont donc les motifs de satisfaction des marchés boursiers ? Paradoxalement, l’assombrissement de la conjoncture en Europe nourrit de sérieux espoirs pour les investisseurs. Pas sur la capacité actuelle de l’économie européenne à renouer avec la croissance, mais sur l’éclosion désormais possible, d’un projet européen réellement concerté, pour trouver une alternative. Et évidemment, sur le maintien d’un environnement monétaire ultra-accommodant par la BCE, à l’image de ses homologues japonaise ou américaine. Le retrait des mesures exceptionnelles n’est pas pour demain et les marchés saluent ce soutien aux actifs dits risqués.

La donne a changé. Jusqu’à présent immunisée face au ralentissement économique, l’Allemagne faisait figure d’exception européenne, ce qui permettait à ses dirigeants d’imposer leurs vues sur l’austérité budgétaire. Seulement voilà, la première économie du Vieux Continent est à présent pleinement concernée par le ralentissement économique. Menacée à l’extérieur par la compétitivité retrouvée des exportations de son grand rival à l’international, le Japon, grâce à la dévaluation pilotée du yen, l’économie allemande souffre aussi de la faiblesse de ses voisins européens. Cela impacte ses standards économiques, tels que l’activité. De quoi infléchir les positions politiques allemandes et favoriser une convergence des intentions, avec celles de ses voisins français voire même italien ou espagnol.

À quelques jours de la réunion de la BCE, le changement de perception économique que vont devoir s’imposer les dirigeants allemands devrait orienter la politique de la Banque Centrale. Si celle-ci ne devrait pas annoncer de nouvelle baisse de taux, quelques pistes d’action pourraient émerger pour les mois à venir. Dans un contexte sans croissance, le « tout  austérité » prôné notamment par l’Allemagne depuis deux ans est insuffisant. La stimulation monétaire insufflée par la BCE via ses mesures d’assouplissement (baisse des taux, programmes LTRO/OMT) a détendu les taux de financement souverains et garanti la stabilité des marchés financiers. Mais ses bienfaits sur l’économie réelle sont difficilement appréciables. Dès lors une nouvelle trajectoire de relance est nécessaire et la BCE pourrait bien confirmer son rôle central, dans un projet européen plus ambitieux et cohérent. En somme, un soutien précieux pour la valorisation à court/moyen terme des actions et même des obligations souveraines périphériques, dont l’attrait résulte d’une détente supplémentaire attendue sur les taux allemand ou français (l’OAT française pourrait trouver un plancher à 0,6% à 10 ans !).  

 

---------- s'abonner aux lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...