Connexion
/ Inscription
Mon espace

La reprise s’amorce mais le moteur toussote

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS
Le BIPE prévoit un recul du PIB de la France de 2,4% en 2009, suivi d’une croissance de 1,2% en 2010.

Le pire est derrière nous : après les bonnes nouvelles suggérées par les données mensuelles et les enquêtes de conjoncture, les publications officielles des comptes nationaux relatifs au 2ème trimestre 2009 confirment que le point bas pourrait être dépassé. L’impulsion vient principalement des grands pays émergents, Chine en tête.

Une situation fragile qui nous incite à la prudence. Plusieurs facteurs à l’origine de l’amélioration conjoncturelle récente sont temporaires : la relance chinoise est fortement soutenue par les autorités. C’est
aussi le cas aux États-Unis et en Europe, où la demande interne et la production industrielle ont bénéficié des plans de relance, notamment dans le secteur automobile. Mais les marges de manoeuvre des politiques monétaires et budgétaires sont désormais très minces.

Sur les marchés financiers aussi, la situation semble s’apaiser. Même s’ils ne sont pas revenus au niveau d’avant-crise, la plupart des indicateurs de stress financier ont entamé le retour à la normale. Dans
un contexte de visibilité réduite, et vu les incertitudes concernant les perspectives économiques à court et moyen terme (rythme et amplitude du désendettement privé, comportement des consommateurs, stratégies de sorties de crise, envolée des dettes publiques…), la volatilité devrait rester forte.  Les moteurs « traditionnels » de la croissance restent grippés et le recul d’activité sera long à combler. La consommation des ménages devrait rester atone encore plusieurs trimestres (États-Unis, Europe, Japon), la dégradation des marchés de l’emploi et le retour à un taux d’inflation positif (le Japon excepté) pesant sur la reprise. L’investissement ne devrait pas connaître une croissance plus vigoureuse, l’accès au crédit demeurant difficile et les crises immobilières n’étant pas encore résorbées. Enfin les marges de manoeuvre des politiques budgétaires et monétaires sont épuisées et des mesures de correction devront être prises pour réduire les déficits publics que la crise a fait exploser.

Dans ce contexte, les prévisions pour la fin de l’année 2009 et 2010 indiquent une reprise limitée dans son ampleur. Nous anticipons une baisse du PIB pour la zone euro de -4,1% en 2009 suivi d’une croissance 1,1% en 2010. Aux Etats-Unis le PIB devrait chuter de 2,9% en moyenne cette année, avant de croître de 1,7% en 2010. Du fait de la bonne tenue de sa consommation, la France a relativement moins souffert que les grands pays européens : le BIPE prévoit une baisse du PIB de 2,4% en 2009, suivie par une reprise de 1,2% en 2010.

Les prix à la consommation, en baisse depuis plusieurs mois, devraient renouer avec des taux positifs dès la fin de l’été. Pour autant, le niveau d’inflation restera loin du niveau de 2% susceptible d’inquiéter la BCE et de l’inciter à revoir le taux directeur.

Une incertitude majeure sur la croissance économique fin 2009-début 2010 tient à l’ampleur de l’épidémie annoncée de grippe H1N1. Le BIPE estime que l’épidémie pourrait amputer la croissance en France de
près de 2 points en moyenne annuelle, les secteurs les plus impactés étant les secteurs de services, plus intensifs en emplois féminins, notamment ceux subissant en parallèle une baisse de la demande comme
l’hôtellerie restauration, les activités récréatives, culturelles et sportives et le commerce, les particuliers baissant la fréquentation pour éviter les risques de contagion. Une diffusion de l’épidémie au 4ème trimestre 2009 s’estompant au 1er trimestre 2010 ramènerait la croissance cette année à - 2,7% en France, et à - 0,1% l’an prochain.

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....