Connexion
/ Inscription
Mon espace
Questions de gestion
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Question de Gestion] La flexibilité sera la clé en 2022

Par Talib Sheikh, Responsable de la stratégie Multi-Asset, chez Jupiter Asset Management

Talib Sheikh et l'équipe Multi-Asset de Jupiter font le bilan d'une période tumultueuse et se projettent en 2022, où la flexibilité sera la clé dans un environnement d'investissement volatile.

« La vie avance assez vite. Si vous ne vous arrêtez pas et regardez autour de vous de temps en temps, vous pourriez la manquer. » Ferris Bueller, La journée de Ferris Bueller (1986)

Nous laissons à l'imagination des lecteurs la raison pour laquelle un film sur un lycéen paresseux résonne avec l'équipe Multi-Asset.  Mais la période postpandémie a été l'une des plus intenses de notre carrière - il est trop facile pour les investisseurs de se laisser emporter par le récit du marché. Notre travail consiste à prendre du recul et à donner un sens à ce qui se passe. En avril 2020, nous avions prédit que les mesures de relance pandémique allaient donner le coup d'envoi d'un cycle économique à la vitesse de l'éclair, et c'est ce qui s'est produit. Après la récession la plus rapide, il y a eu la reprise la plus rapide de l'histoire, et maintenant les marchés s'inquiètent que les choses aillent trop vite. En quelques semaines, le marché est passé de la déflation à la reflation, puis à la stagflation et enfin à l'inflation.

Ne comptez pas sur une baisse de l'inflation l'année prochaine

La Réserve fédérale (Fed) a décidé d’assouplir sa politique monétaire tout en la maintenant plus longtemps, comme nous l'attendions après les changements structurels opérés lors de la révision de son programme 2020. La demande a rebondi encore plus vite que la Fed ne l'avait prévu, sous l'effet des vaccins, de l'augmentation de la richesse des ménages et des chèques de relance. La demande a dépassé l'offre, ce qui a entraîné des niveaux d'inflation que nous n'avions pas connus depuis près de 40 ans.

La Fed prévoit que l'inflation s'estompera l'année prochaine, mais elle pourrait être plus persistante. Nous analysons l'inflation actuelle à travers quatre catégories clés : les secteurs liés à la réouverture, les prix des logements, les salaires et les attentes. Tous ces éléments sont en hausse. L'inflation des loyers est rigide et peut contribuer à une inflation plus élevée, qui renforcent la dynamique inflationniste à plus long terme. La politique des banques centrales risque d'être trop lente aujourd'hui et de devoir accélérer le rythme ultérieurement, ce qui étoufferait la reprise.

À l'approche de 2022, nous pensons que la croissance peut être soutenue et soutenir les marchés. Les goulets d'étranglement de l'offre ont laissé les stocks à un niveau bas, et le réapprovisionnement peut soutenir la production industrielle. L'épargne accumulée (environ 10% du PIB aux États-Unis) peut continuer à soutenir la consommation. Vers le milieu de l'année prochaine, la reconstitution des stocks, le ralentissement de la demande des consommateurs, le resserrement des politiques monétaires et les valorisations tendues rendront la vie plus difficile.

Conclusion : on peut continuer à surfer sur la vague des actions et détenir moins d'obligations pour l'instant, mais il est probable que nous aurons besoin de la flexibilité nécessaire pour réduire le risque et augmenter la duration plus tard dans l'année.

Regarder au-delà de l'horizon

Si l'on se projette dans un avenir plus lointain, les changements structurels laissent présager une croissance et une inflation légèrement plus fortes. Les chèques de relance de la pandémie et la hausse des prix des actifs ont permis d'augmenter le nombre de départs à la retraite, réduisant ainsi l'offre de main-d'œuvre, mais entraînant une hausse des salaires. La pandémie et les guerres commerciales ont mis à nu les chaînes d'approvisionnement mondiales, entraînant un changement structurel du « juste à temps » au « juste au cas où ». Depuis la pandémie, nous avons constaté une augmentation des dépenses d'investissement et, en particulier, des dépenses dans la recherche et le développement, ce qui peut stimuler la productivité et la croissance. Enfin et surtout, la nécessité de financer la transition climatique peut débloquer des dépenses budgétaires supplémentaires et éventuellement des formes de relance « verte ». Il semble y avoir peu de chances d’un retour à l'austérité de la décennie précédente.

Ces facteurs mettront un certain temps à se manifester, mais la somme de leurs effets devrait se traduire par une croissance légèrement plus élevée et une inflation plus forte au cours de la prochaine décennie, par rapport à la précédente. L'évolution des politiques monétaires est également susceptible d'entraîner une plus grande volatilité et des crises plus fréquentes et plus brutales. Les portefeuilles équilibrés simples composés d'actions de qualité supérieure et d'obligations à duration plus longue ne fonctionneront probablement plus aussi bien qu'avant.

Cela ne signifie pas nécessairement que les investisseurs ne peuvent pas réaliser des rendements décents, mais cela nécessitera des approches différentes. Comme le disait Ferris, « vous n'êtes pas en train de mourir : vous ne trouvez simplement rien de bon à faire ». Nous pensons que ce sentiment s'applique à l'investissement : vous pouvez toujours être performant, mais vous aurez besoin de plus de flexibilité et d’un éventail plus large de sources de rendement.

Lire la suite...


Articles en relation