Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les investisseurs français plus soucieux de protéger leur patrimoine que de le faire fructifier.

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Peu disposés à prendre plus de risques, les investisseurs français sont parmi les moins satisfaits au monde de la performance de leurs investissements : 7% à peine se disent très satisfaits, tandis que 46% déclarent que leur portefeuille génère moins de rendement qu’ils ne l’espéraient. Telles sont les conclusions d’une grande enquête internationale menée par la société de gestion d’actifs Legg Mason auprès de plus de 3 000 investisseurs dans 13 pays. 

Alors qu'ils ont des attentes moins élevées que leurs homologues étrangers en matière de performance des investissements, le taux de rendement de leurs placements est inférieur de 1,9% à leurs objectifs. Et pourtant, moins de 30% se déclarent disposés à accroître le niveau de risque de leurs portefeuilles (pourcentage nettement inférieur à la moyenne mondiale) et la plupart des autres indicateurs de l’enquête montrent que la tendance est à la prudence : leur stratégie d’investissement est dictée par la prudence et seuls 25% jugent leur profil de  risque agressif, soit l’un des plus bas niveaux au monde.

Comparés à leurs homologues étrangers, ils restent prudents à l’égard des actions : à peine 50% d’entre eux estiment que c’est le moment d’investir dans cette classe d’actifs (cf. ci-dessous), contre 74% des investisseurs américains, ce dernier chiffre témoigne de l’optimisme qui règne outre-Atlantique. En fait, les investisseurs français seraient tout aussi prêts à réduire leur exposition aux actions qu’à l’accroître et dans l’ensemble, ils ont tendance à privilégier les obligations et l’immobilier au détriment des actions dans le cadre de leur stratégie d’investissements de rendement. 
Est-ce que c’est le moment d’investir dans…
 - Monétaires : 59%
-  Obligations : 56%
-  Immobilier : 54%
-  Actions: 50%
-  Alternatives : 41%

Seulement 59% des investisseurs français réalisent des investissements de rendement à l’international qui représentent en moyenne 13% de leurs actifs de rendement. Parmi ceux qui n’investissent pas à l’international, seulement 20% déclarent envisager de le faire à l’avenir, soit la proportion la moins élevée de tous les pays concernés par l’enquête.

Ces résultats mettent en exergue leur réticence à chercher des opportunités de génération de revenu en dehors de leurs frontières. Les deux tiers citent les incertitudes mondiales, le manque de transparence et le niveau de risque excessif comme des obstacles majeurs à l’investissement à l’international, tandis que 19% d’entre eux évoquent le fait que le marché français recèle de meilleures opportunités. 

www.leggmason.fr

 

---------- s'abonner aux lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...