Connexion
/ Inscription
Mon espace

Zones dynamiques ou désertées : quels sont les projets immobiliers des Français selon leur secteur d’habitation ?

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

Selon une enquête de Guy Hoquet l’Immobilier réalisée avec le CSA, le marché immobilier français est très diversifié et ne peut se résumer à une tendance unique.  « Le dynamisme économique joue sur l’évolution des marchés immobiliers locaux : entre les grandes agglomérations avec un fort bassin d’emplois et les communes de moins de 20 000 habitants, désertées par les services et les transports, le fossé se creuse d’année en année sur les prix et sur l’offre immobilière », commente Frédéric Monssu, Directeur Général du réseau Guy Hoquet l’Immobilier.

Des envies de projet immobilier pour tous, des projets d’achat surtout dans les petites villes.
- 48% des interviewés envisagent de changer de logement ; une volonté plus marquée dans les agglomérations les plus importantes : 60% des habitants de l’agglomération parisienne contre 41% de ceux des communes rurales et des agglomérations de moins de 100 000 habitants.
- 85% des 18-24 ans ont une forte envie de projet immobilier, contre 26% des 65 ans et plus.
- 41% de ceux qui envisagent un changement, souhaitent le réaliser d’ici à un an et 65% sont plutôt intéressés par un achat. 79% des habitants de communes rurales sont plus attirés par l’achat que les résidants de grandes agglomérations.
- 64% souhaitent rester dans le même quartier, ville ou département. Les urbains et les Parisiens se montrent plus enclins à une mobilité « lointaine » -
- 25% des Parisiens sont prêts à changer de région.
- 49% sont motivés par l’amélioration du cadre de vie et 28% par l’envie d’occuper un logement plus grand.
- 49% considèrent que leur marché local donne envie d’y investir : une attractivité plus exprimée dans les communes rurales (54%) que dans les grandes agglomérations (47% pour la région parisienne). 

Les régions préférées :
- Provence-Alpes-Côte-D'azur : 21%
- Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées et Bretagne : 11% de citations chacune.

Les villes préférées :
- Montpellier : 29%
- Bordeaux et Toulouse : 27% chacune
- Aix-en-Provence : 26%
- Nantes et Rennes : respectivement 18 et 10%.

Des préférences guidées par :
- la qualité du cadre de vie : 64%
- l’accessibilité de la région : 24%   
- l’accueil des habitants : 22%

Enfin, si tous les Français pensent qu’une augmentation des prix est possible, c’est encore une fois ceux de l’agglomération parisienne qui la craignent le plus : 53% contre 38% pour les habitants des communes rurales.

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation