Connexion
/ Inscription
Mon espace

Taxer davantage les dirigeants d'entreprise freine l'envie d'entreprendre.

ABONNÉS

Pour Jean-Michel Laidin, associé Baker Tilly France, la dernière loi de financement de Sécurité Sociale, sanctionne les dirigeants d'entreprise ayant le statut de TNS (Travailleur Non Salarié)

C'est ainsi qu'un gérant majoritaire de SARL va subir, s'il est au plafond de la Sécurité Sociale, une majoration de 12% des cotisations obligatoires. L'impact va être plus important chez le gérant que chez l'entrepreneur individuel à revenu professionnel équivalent. On pourrait penser que cette augmentation entraînerait quelques droits supplémentaires, or il n'en est rien.

Revenir à un statut salarié ?
De nombreux cotisants pourraient être tentés de créer des sociétés avec un statut salarié dans le seul but d'échapper au RSI. Ce serait un retour à la situation antérieure à la Loi Madelin de 1994. Cette évolution risquerait de mettre gravement en danger l'équilibre financier du régime des indépendants.

Bien que plus transparent et apprécié, le régime salarié reste, à prestations égales, plus coûteux : au-delà d'un PASS (plafond annuel de la sécurité sociale)..., le budget de cotisations sociales obligatoires pour un salarié représente presque le double d'un TNS.

La part « productive » des cotisations obligatoires s'élève à environ 32% au-delà d'un PASS, que l'on soit salarié ou travailleur indépendant. Au-delà, les cotisations payées n'apportent plus vraiment de contreparties supplémentaires. Raison pour laquelle certains dirigeants de SARL qui ont le statut TNS font le choix, à partir du moment où leur rémunération a atteint un certain seuil (autour de 37 000 €), de se verser des dividendes plutôt que d'augmenter leur rémunération. En même temps, ce choix peut se justifier pour rémunérer le risque capitalistique qu'ils prennent chaque jour.

Avec l'intégration des dividendes dans l'assiette des cotisations, le dirigeant de SARL va se sentir victime d'une injustice sociale par rapport à son confrère président de SAS, qui lui, peut se voir verser des dividendes qui eux, pour l'instant, ne sont pas soumis à cotisations sociales. N'en déplaise au Conseil Constitutionnel qui justifie la nouvelle rédaction de l'article L 131-6 du Code de Sécurité Sociale par la volonté du législateur de dissuader le versement de dividendes fondé sur la volonté de faire échapper aux cotisations sociales les revenus tirés de l'activité de ces sociétés.
Et ce n'est pas la franchise de cotisations de 10% de la somme du capital social et de la moyenne des comptes courants d'associé qui va consoler le dirigeant associé.

Distinguer rémunération du travail et rémunération du capital.
La Loi de Finances pour 2013 a modifié les modalités d'imposition des revenus mobiliers perçus par les particuliers. Outre l'imposition au barème progressif, il est institué sur les dividendes perçus depuis le 1er janvier 2013 un prélèvement à la source de l’IR, non libératoire ; une avance de 29% sur l'impôt en quelque sorte.
En effet, sans plus lui donner le choix entre prélèvement libératoire ou intégration dans ses revenus, le dirigeant d'entreprise TNS percevant un dividende en 2013 supportera un prélèvement total de 40% environ.

Bientôt tous les dividendes versés aux dirigeants soumis à cotisations sociales ?
Gageons que le législateur sera sous peu tenté de réparer cette injustice en appliquant des cotisations sur les dividendes versés aux salariés dirigeants.
En dissuadant les dirigeants de TPE de distribuer un dividende, on veut peut-être faire passer le message simpliste que supprimer les dividendes permettrait de redistribuer des sommes significatives pour augmenter, de facto, le pouvoir d'achat en faveur des salariés ?

Donner envie d'investir plutôt que de faire des procès d'intention.
La question est de savoir si l'Etat peut se passer de donner envie aux entrepreneurs d'entreprendre sous prétexte de se faire respecter, sans susciter l'adhésion ni l'intérêt ; c'est d'emblée provoquer le rejet et le rapport de force.

www.bakertillyfrance.com

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...