Connexion
/ Inscription
Mon espace

L‘immobilier allemand est l'un des marchés les plus sous-évalués d’Europe.

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

The Economist distingue l'Allemagne comme « l'exception européenne ». Avec une hausse des prix modérée de 2,7% en 2012 comme en 2011, le magazine souligne que « les propriétaires allemands ont de bonnes chances de continuer à enregistrer des plus-values ».

Au total, les prix outre-Rhin seraient sous-évalués de 17%. De nombreux experts et études en Allemagne affirment que les prix vont se stabiliser voire même légèrement augmenter. 

Les prix : tendance générale à la baisse. Au cours de la dernière année, l’évolution des prix de l’immobilier a été assez contrastée dans le monde. D’un extrême à l’autre, les prix ont bondi à Hong Kong de +21,8%, alors qu’ils ont chuté en Espagne de -9,3%.

Afin de vérifier ces tendances de baisse et de hausse des prix, The Economist a créé deux indicateurs de mesure :
-  Le premier permet de constater que les prix de l’immobilier sont surévalués de 78% au Canada et sous-évalué de 37% au Japon. En Europe, l’Allemagne, à l’inverse de la France à +50%, est sous-évaluée de 17%.
-  Le second mesure le ratio entre le prix et le revenu disponible par personne.
Les résultats montrent une surévaluation de 35% en France alors que le Japon affiche une sous-évaluation de -36%, suivi de la Chine de -35%.
Aux Etats-Unis, après une forte correction des prix, les maisons sont encore sous-évaluées de -7% selon le ratio prix/rendement et de -20% selon le ratio prix/revenu.
La surévaluation est également marquée au Canada, pour les loyers de +78%, comme pour le revenu de +34%.
Enfin, Singapour et Hong Kong sont aussi vulnérables à une correction des prix, compte tenu de la surévaluation des prix au regard des rendements.

Lire la suite...


Articles en relation