Connexion
/ Inscription
Mon espace
Questions de gestion
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Questions de Gestion] Social is the new green : le capital humain au cœur des enjeux de performance durable

De bonnes pratiques en matière de ressources humaines favorisent l’émergence d’un capital humain de qualité au sein des entreprises concernées. Cet actif unique leur fournit un avantage concurrentiel, aujourd’hui mal valorisé par le marché. L’investissement dans le capital humain constitue un réel levier de productivité et une source de performance économique et financière. Il représente également un enjeu de croissance durable devenu incontournable pour les entreprises visant à pérenniser leur modèle d’activité.

Accompagner les grandes tendances qui façonneront demain notre économie s’inscrit dans l’ADN du Groupe Edmond de Rothschild, pionnier de la gestion thématique avec le lancement en 1985 d’un premier fonds sur la santé.

Le groupe étoffe sa gamme avec le lancement du fonds Edmond de Rothschild Fund Human Capital, né d’une conviction nourrie notamment des résultats robustes d’une étude propriétaire : les entreprises investissant dans le capital humain génèrent des performances supérieures sur le long terme. L’attention portée aux ressources humaines est stratégique selon nous, dans un contexte où la majorité des emplois de 2030 n’existent pas encore aujourd’hui.

Labellisé ISR, Edmond de Rothschild Fund Human Capital est un fonds thématique actions internationales, associant recherche académique, expertise en sélection de valeurs et investissement responsable. Particulièrement concentré pour refléter de fortes convictions, le portefeuille se compose de plus de 40 sociétés qui valorisent les pratiques du capital humain et répondent aux critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Les entreprises sélectionnées se démarquent pour moitié par la qualité de leur politique RH et pour l’autre, opèrent dans le secteur de l’éducation, de la transmission du savoir et de la protection du salarié. Les gérants passent au crible les valeurs éligibles, grâce au modèle propriétaire de notation extra-financière, en complément d’une analyse financière approfondie. Ils prennent notamment en compte le nombre d’heures de formation dispensées aux salariés, le turn-over ou encore les classements de sociétés plébiscitées par leurs employés. Le fonds vise à surperformer son indice de référence (le MSCI AC World) sur le long terme avec un impact sociétal positif.

Une thématique d’avenir

Selon l’OCDE, le terme Capital Humain recouvre « l'ensemble des connaissances, qualifications, compétences et caractéristiques individuelles qui facilitent la création du bien-être personnel, social et économique. Le capital humain constitue un bien immatériel qui peut faire progresser ou soutenir la productivité, l'innovation et l'employabilité ». Preuve de son importance, les deux grandes puissances économiques, la Chine et les Etats-Unis, placent l’accumulation du capital humain au cœur du soutien à leurs économies.

Le gouvernement chinois a annoncé que 30% des salariés devraient être formés d’ici 2030, pour permettre de tenir les objectifs de croissance. De l’autre côté du Pacifique, le programme de stimulus à 10 ans mis en œuvre par l’administration Biden englobe la modernisation des lieux d’enseignement, l’accueil des enfants, la recherche et l’innovation ou encore le développement des compétences, soit des centaines de milliards de dollars dédiés au capital humain autour du slogan « American Jobs Plan ».

La crise du Covid-19 constitue par ailleurs un véritable crash test pour la qualité des ressources humaines des entreprises : protection des salariés (gel, masques, vaccination…), continuité des activités notamment via l’explosion du télétravail ou encore efforts pour maintenir un climat social de qualité. Des tendances structurelles à l’image du vieillissement de la population ou de l’accélération des nouvelles technologies poussent aussi à l’investissement dans le capital humain pour éviter son obsolescence et renforcer sa performance. Suite à l’Accord de Paris fin 2015, les acteurs de la finance responsable ont focalisé leur attention sur les urgences environnementales. La crise remet au centre des débats de nombreuses thématiques sociales telles que la santé publique, les chaînes d’approvisionnement, l’emploi, les inégalités et les ressources humaines.

Ce rééquilibrage entre enjeux sociaux et environnementaux nous ramène aux racines du développement durable formalisé en 1987 dans le rapport Brundtland : celui d’un développement tourné vers les générations futures et équilibré entre considérations économiques, sociales et environnementales.

Edmond de Rothschild Fund Human Capital est un compartiment de la SICAV EdR Fund de droit luxembourgeois agréée par la CSSF et autorisé à la commercialisation en France, Autriche, Allemagne, Suisse, Italie, Luxembourg et Espagne.

Lire la suite...


Articles en relation