Connexion
/ Inscription
Mon espace
Placements
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Placements] Le "renouveau" d'Eurose

DNCA Finance, société de gestion affiliée de Natixis Investment Managers, qui réunit plus de cent cinquante personnes au sein de ses trois bureaux à Paris, Milan et Luxembourg, présente le "renouveau" d’Eurose, fonds flagship de la maison depuis sa création en novembre 2000.

Dénommé Eurose depuis 2002, le fonds s’est alors positionné comme une alternative aux fonds euros des compagnies d’assurances, dont les rendements commençaient déjà à diminuer. L’idée était de reprendre au sein d’un OPCVM à valorisation quotidienne mais sans garantie en capital, à peu près les mêmes classes d’actifs que dans un fonds euros : beaucoup d’obligations, un peu d’actions, voire de l’immobilier (foncières cotées) sans être exposé directement au risque de change. Afin de limiter la volatilité du fonds, l’exposition aux actions a toujours été plafonnée avec une limite fixée aujourd’hui à 35%.

Aujourd’hui, Eurose qui, avec plus de 3 milliards d’actifs sous gestion est un des fonds les plus représentés chez les assureurs. se renouvelle à plusieurs niveaux :

I - L’équipe de gestion : étoffée, expérimentée et complémentaire

  • Philippe Champigneulle, après 16 années de très bons et loyaux services part à la retraite.
  • Romain Grandis, CFA, et Baptiste Planchard, CFA, aux côtés de Philippe Champigneulle depuis 5 ans, vont continuer à apporter leur expertise et leur connaissance des émetteurs sur la partie crédit.
  • Nolwenn Le Roux, CFA, nouvelle gérante obligataire chez DNCA, mais riche d’une longue expérience, apporte une nouvelle expertise en matière de crédit et d’obligations High Yield européennes.
  • Jean-Charles Mériaux, reste aux commandes des deux parties : actions et obligations. Pour la gestion actions, il est épaulé par Damien Lanternier CFA, Emilie Brunet-Manardo et Adrien Le Clainche.

II - La politique d’Investissement : ADN conservé mais ouverture du champ des possibles

  • Un univers d’investissement plus large : Possibilité de sélectionner des obligations de maturité plus longue pour plus de portage, des obligations subordonnées combinant rendement et qualité et recours à des stratégies actions plus opportunistes.
  • Un portefeuille plus flexible : Possibilité d’utiliser des dérivés pour couvrir le risque de marché (action, taux et crédit), avec vigilance accrue sur la liquidité des instruments et volonté d’adapter plus radicalement le portefeuille au contexte de marché.
  • Une gestion ISR : Prise en compte de la responsabilité d’entreprise sur la base du modèle propriétaire ABA, et exclusion des entreprises les plus risquées, avec l’objectif d’obtenir le Label ISR au deuxième semestre 2021.

Lire la suite...


Articles en relation