Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le Baromètre Envie d’Entreprendre mis en place par Idinvest Partners et Le Figaro associés à Viadeo

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Parmi les nombreux thèmes à aborder lors de cette enquête, Idinvest Partners et Le Figaro en ont retenu quelques-uns : motivation et qualités requises pour être un entrepreneur, perception de l’environnement économique et des mesures gouvernementales, attractivité de la France et des autres pays, leviers pour favoriser le monde de l’entreprise.

Les entrepreneurs et futurs créateurs : un profil en pleine mutation. L’entrepreneuriat est encore très majoritairement masculin : 8 entrepreneurs sur 10 sont des hommes entre 25 et 49 ans. Les porteurs de projet sont un peu plus jeunes que les entrepreneurs en fonction : 36 en moyenne contre 39 ans.

Les secteurs d’activité les plus prisés : les services et l’Internet largement dominants. Les domaines de l’Internet et des médias sont ceux qui recrutent, tout particulièrement parmi les salariés de l’informatique et des télécoms.

Les principaux moteurs à la création est l’épanouissement personnel et le soutien de l’entourage :
- le désir d’indépendance 72%
- la volonté de s’épanouir professionnellement 71%
- le souhait de concrétiser une idée ou un projet qui leur tient à cœur 60%

La conjoncture, le contexte économique et politique : cassure entre gouvernement et entrepreneurs et manque d’attractivité du pays. Conjonction de la crise économique et du contexte politique, seuls 17% des entrepreneurs pensent que la conjoncture actuelle est plus favorable à la création d’entreprise qu’il y a six mois. De plus, 66% pensent que le gouvernement français ne fait pas confiance aux entrepreneurs désireux de créer leur entreprise et qu’il décourage même les porteurs de projets.

Autre signe des temps : dans une liste de dirigeants politiques français et occidentaux qui leur était soumise, Nicolas Sarkozy est celui qui apparaît le plus proche des entrepreneurs (23%) devant Barack Obama (13%) et David Cameron (9%), alors que François Hollande est très peu cité (2% au total et 6% chez les sympathisants de gauche). Mais c’est la réponse « aucun » qui reste la plus citée avec 28%, signe de la distance qui s’est installée entre les entrepreneurs et les politiques.

Principaux obstacles rencontrés par les entrepreneurs ou qui pourraient les dissuader de se lancer :
- les charges et la fiscalité (63%, dont 30% en 1er)
- les difficultés de financement (55%, dont 29% en 1er)
- les contraintes administratives et juridiques (50%)
- bien devant le contexte économique (44%)

Lire la suite...


Articles en relation