Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Questions de Gestion] L'annonce de Pfizer

Alors que l’attention des marchés était focalisée depuis quelques jours sur l’élection américaine et que l’on pouvait légitimement penser que ces derniers allaient entrer dans une phase plus consolidante après le rallye des derniers jours, l’annonce de Pfizer a fait l’effet d’une bombe.

On peut probablement parler de « game changer » pour cette annonce du laboratoire américain. Même Anthony Fauci, spécialiste américain des maladies infectieuses et membre de la « task force » de l’administration américaine pour gérer la crise du Covid-19 aux Etats-Unis a déclaré aujourd’hui que l’efficacité du vaccin expérimental était « extraordinaire » et que cela aurait un « impact majeur » sur la réponse apportée au Covid-19.

Le taux 10 ans américain a explosé à la hausse dans les secondes qui ont suivi l’annonce et prend près de 17 points de base au cours des dernières heures, il est remonté à son plus haut niveau depuis mars. Réaction forte également du côté du taux 10 ans allemand qui est remonté à -0.50% alors qu’il évoluait encore à -0.65% début novembre.

Les marqueurs habituels du « risk-on » se sont allumés d’un coup : hausse des marchés actions, hausse des taux, chute de l’or sur fond de détente du risque et de hausse du dollar. L’indice de volatilité du SP500, le VIX est retombé sous 23, son plus bas niveau depuis fin août alors qu’il évoluait encore à 40 quelques jours avant l’élection américaine.

Les secteurs les plus vendus et délaissés pendant la crise sanitaire (tourisme, aérien, énergie/pétrole, etc…) ont connu une explosion haussière aujourd’hui, mélange de retour des flux sur ces secteurs à faibles multiples de valorisation mais également de débouclage de positions vendeuses.

Les valeurs les plus achetées par les marchés ces derniers mois, c’est-à-dire les valeurs de croissance et notamment les valeurs technologiques sont celles qui ont le moins performé aujourd’hui, signe d’une rotation des investisseurs.

Cette annonce est une bonne nouvelle pour les indices européens, moins « fournis » en valeurs de croissance que les grands indices américains et qui en ont donc pleinement profité. Même s’il est peu probable que la hausse se poursuive à ce rythme effréné dans les jours qui viennent, ce « game changer » rendra désormais plus difficile le retour sur les creux récents, notamment dans la zone des 4600 points où le CAC40 est allé au moment de l’annonce des reconfinements en Europe.

Les risques restent nombreux dans les semaines qui viennent : prise de fonction du nouveau président américain en janvier seulement, contestation de l’élection par Donald Trump, forte progression du nombre de cas de Covid-19 ces dernières semaines aux Etats-Unis pouvant nécessiter la mise en place de mesures sanitaire, confinements partiels, dans certains Etats avec un risque pour l’économie au quatrième trimestre.

La trajectoire du CAC40 ne sera pas forcément un long fleuve tranquille dans les semaines qui viennent avec des risques de consolidation et de retour vers les 5000 points, mais dans ce contexte d’espoir sanitaire majeur, les creux de marché seront probablement perçus par les investisseurs comme des opportunités de repositionnement à la hausse plutôt que des risques de rechute durables.

Alexandre Baradez, responsable de l’analyse marchés chez IG France

 

Lire la suite...


Articles en relation