Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Question de gestion] Inflation et contexte

Pour la première fois depuis 1995, les prix des biens de consommation durables aux États-Unis sont en hausse ! Ce qui montre la rapidité avec laquelle l'inflation peut réagir à des conditions changeantes.

L’analyse de Christian Schermann, Economiste US chez DWS.

À terme, l'inflation américaine augmentera modérément. Les mesures de lutte contre la pandémie ont d'abord supprimé l'offre et la demande. L’offre a néanmoins tendance à être plus rigide. Entre-temps, de généreux transferts fiscaux ont permis de maintenir le pouvoir d'achat des ménages à flot. Ainsi, à mesure que les restrictions de l'activité économique sont quelque peu levées, la demande globale plus élevée est à son tour confrontée à une offre moindre. Au moins temporairement, cela contribuera à la hausse des prix, en commençant peut-être par les biens qui offrent un peu de « joie » dans ces périodes de distanciation sociale.

Le récent indice des prix des dépenses de consommation personnelle (PCE) du mois d'août fournit des éléments qui confirment le scénario ci-dessus. Pour la première fois depuis 25 ans, les prix des biens de consommation courante sont devenus positifs, alors qu'ils étaient auparavant en plein processus de désinflation. Les prix des appareils électroménagers (qui ont augmenté de 10% depuis février 2020) et des véhicules automobiles d'occasion (qui ont augmenté de 17%) ont été les principaux moteurs de cette évolution.

La pandémie semble être la potentielle coupable. Lorsque les gens tentent d'éviter d'utiliser les transports publics, les voitures d'occasion sont un substitut évident. L’achat d’une nouvelle maison a tendance à rajouter également des achats ultérieurs. En ce qui concerne les biens importés, un autre facteur à l'origine des pressions à la hausse sur les prix pourrait être la pénurie de capacité de fret maritime en raison de la pandémie*

Bien entendu, ces tendances pourraient facilement s'inverser. Comme le suggère Christian Scherrmann : « La récente augmentation des prix des biens de consommation durables pourrait bien s'avérer transitoire, mais elle montre la rapidité avec laquelle l'inflation peut réagir à un contexte en évolution rapide ».

Sans vouloir exagérer, les biens de consommation durables ne représentent toujours qu'environ 12% des dépenses globales, contre 66% pour les services. Cela dit, les prix des services ont déjà connu une tendance légèrement supérieure à 2% au cours des dernières années.  Une fois la lutte contre le virus gagnée, il est probable que les services seront eux aussi confrontés à des pénuries de capacité.

* Voir quelques commentaires du secteur du commerce de gros dans le dernier rapport sur la situation actuelle de l'Institute of Supply Management (ISM), publié par l'ISM, ainsi que son indice mensuel des directeurs des achats, plus connu ICI.

Lire la suite...


Articles en relation