Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Questions de gestion] La macro a probablement franchi un cap

Extrait du commentaire de marché rédigé par Florian Ielpo, Head of Macroeconomic Research chez Unigestion

La situation macroéconomique joue un rôle important dans notre processus d'allocation dynamique. Nous la surveillons à l'aide de différents indicateurs comme nos « nowcasters » ainsi que des indicateurs à plus haute fréquence tels que nos « newscasters ». La principale conclusion de ces indicateurs est que la situation macroéconomique est mauvaise (notre Nowcaster de croissance mondiale est à -2,87 écarts types, notre newscaster de croissance à -1,25) mais s'est stabilisée.

Nous voyons même des signes d'amélioration : 69% des données de notre newscaster s'améliorent, tandis que 61% des données chinoises que nous examinons sont également en hausse. Le passage à travers de tels creux économiques a généralement abouti à la fin de la baisse des marchés.

En février 2009, notre Nowcaster de croissance mondiale avait atteint un creux. Puis, en mars 2009, le S&P500 a progressé de 8,54%, déclenchant une tendance à la hausse des actions pendant 7 mois.

En 1990, ce type de rebond s'est produit 4 mois avant le creux macroéconomique mondial (creux du marché en novembre 1990, creux macroéconomique en février 1991).

En octobre 2001, les marchés et la macroéconomie ont touché leur point bas ensemble, entraînant une reprise de 3 mois suivie d'un double creux. L'ampleur de ces rallyes d'après-crise varie de +10 à +36%, le premier représentant l'année 2001 et le second 2009. En 1990, les actions se sont redressées d'environ +25% après leur choc initial.

Deux messages clés semblent se dégager de ces données.
- Premièrement, il existe un lien entre le moment où l'économie se stabilise et la reprise du marché.
- Deuxièmement, plus le ralentissement économique est important et plus la reprise qui s'ensuit est forte. Depuis le 23 mars, le S&P500 s'est effectivement redressé de 32%, l'Eurostoxx de 17% et le MSCI All Country World de 28%.
Ces chiffres sont comparables aux 3 dernières récessions et surtout à la situation de 2009. Si les conditions macroéconomiques sont effectivement sur le point de s'améliorer, l'ampleur de cette reprise ne serait pas surprenante, surtout si l'on considère l'ampleur de la baisse des actions. Ce qui est surprenant, c'est que cette reprise s'est produite en un quart du temps qu'il faut habituellement.

Lire la suite...


Articles en relation