Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Questions de gestion] La vie après le confinement

Dans son « Macro Update » hebdomadaire, l’économiste Steven Bell, Managing Director de BMO GAM, explique de quelle manière les pays commencent à sortir du confinement et dans quelle mesure, une seconde fenêtre d'acquisitions sur les marchés Actions pourrait se présenter.

La semaine dernière a été une nouvelle semaine riche en rebondissements : Boris Johnson a repris les commandes en Grande Bretagne, la publication des bénéfices des entreprises américaines vient de débuter, la Réserve fédérale américaine et les banques centrales européennes ont tenu plusieurs réunions… et Shell a réduit son dividende.

Une semaine encore plus chargée reste à venir, avec de nouvelles publications sur les bénéfices et le rapport sur l'inflation de la Banque d'Angleterre qui devrait contenir des données cruciales relatives à l’ampleur de la récession, et vendredi, les données relatives aux demandes d'allocations chômage aux Etats-Unis, qui devraient désormais dépasser les 20 millions de demandeurs. Mais la grande nouvelle concerne les pays qui assouplissent leurs mesures de confinement : pourquoi ? comment ? les stratégies s'avèreront-elles efficaces ?


Des mesures d'assouplissement des confinements sont en cours de déploiement : mais seront-elles couronnées de succès ?

Les responsables politiques européens et américains sont confrontés à des challenges majeurs et doivent prendre des décisions importantes : ils doivent arbitrer entre la nécessité immédiate de limiter les dommages causés à leurs économies par le Covid-19 et le risque de générer une 2ème vague d'infections virales, qui pourrait à terme plonger leurs nations dans un second confinement désastreux.

Les nouvelles autour du virus sont la constante de fond depuis plusieurs semaines : les nombres de nouveaux cas et de décès ralentissent, et des progrès positifs ont été réalisés en termes d'essais de médicaments. Dans ce contexte, les mesures de confinement sont en cours d’allègement, bien que partiel et progressif. En Italie, les restaurants ne sont autorisés à proposer des plats à emporter que depuis peu, et les enfants espagnols ont été de nouveau autorisés à sortir de chez eux la semaine dernière.

La deuxième vague d'infections tant redoutée ne s'est pas concrétisée en Chine ou en Corée du Sud, mais l'Europe commence à assouplir ses mesures de confinement à un stade où les nouveaux cas sont encore beaucoup plus nombreux qu'en Chine ou en Corée du Sud.

Outre-Atlantique, trois États assouplissent leurs mesures de confinement : l'Alabama, la Géorgie et le Texas. Or, ils sont loin d'avoir atteint le degré requis de contrôle du virus que les scientifiques de premier plan estiment être le seuil de sécurité. Le succès de ces assouplissements autour des mesures de confinement sera donc suivi de près et la pression augmentera sur les gouvernements des pays encore strictement confinés et dont les économies sont mises à mal.


Le Royaume-Uni peut apprendre d'autres pays, mais la pression monte

Boris Johnson doit expliquer comment le Royaume-Uni prévoit de commencer à assouplir les mesures de confinement. Après avoir sans explications abandonné les essais et les recherches de masse de ce virus en mars, le Royaume-Uni est maintenant en train de passer à la vitesse supérieure. Le plus grand obstacle reste la pénurie d'équipements de protection individuelle (EPI) et la crainte que, lorsque le secteur privé réduira la voilure sur le travail à distance, de nouveaux cas de contamination ne viennent renchérir la pression sur les établissements de soins et le National Health Service (NHS) déjà en pénurie d’EPI. Pendant ce temps, les économistes continuent de revoir à la baisse leurs estimations de l’impact du Covid19 sur le niveau d’activité économique actuelle et, d'une manière générale, sur l’aplanissement de la courbe de la reprise économique. Je pense toujours qu'ils sont toujours trop optimistes quant à l’amplitude de la récession.


Une nouvelle fenêtre à l’acquisition

J'ai déjà longuement débattu de la manière dont les marchés ont été entraînés par des facteurs techniques : marché baissier d’un côté en raison des ventes forcées, puis le rallye qui s’ensuivit (estimé à 2 000 Mds$) en rééquilibrant les flux.

On peut affirmer que cela a poussé les marchés Actions à la hausse de façon excessive. Les flux de rééquilibrage ont maintenant cessé, laissant les marchés Actions dans un état de déséquilibre certain. De plus, la récente rhétorique négative de Trump sur la Chine est de nouveau venue perturber les marchés.

Je pense que, dans l'ensemble, l'activité économique va se redresser, tout comme les bénéfices des entreprises, mais que les marchés Actions pourraient chuter encore avant de retrouver le chemin d’une tendance haussière.

Lire la suite...


Articles en relation