Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

La thématique « Climat » face à la crise

Thomas Sørensen, gérant du fonds thématique Nordea 1 - Global Climate and Environment Fund, un fonds investi en actions d’entreprises opérant dans l’efficacité des ressources, la protection de l'environnement et les énergies alternatives, présente ses perspectives d’investissement.

L’équipe de gestion juge le mouvement récent de sell-off, comme une opportunité d'investissement dans certaines entreprises plus sensibles à l’économie, mais bien positionnées pour bénéficier de la sortie de crise et de la mégatendance climatique et environnementale.

La pandémie de Coronavirus ne remet pas en cause la mégatendance climatique et environnementale, loin de là. « La pandémie est la principale préoccupation du monde en ce moment, comme il se doit. Lorsque nous aurons traversé cette crise sanitaire, les voitures et les avions seront toujours nécessaires, et leurs constructeurs continueront d'améliorer leur efficacité énergétique », illustre Thomas Sørensen.

La faiblesse historique des cours du pétrole ne devrait pas nuire à la transition vers les énergies alternatives. « Une forte baisse des prix du pétrole a été observée en 2015, mais le secteur a poursuivi sa croissance. Nous investissons à moyen terme et nous pensons que la mégatendance reste intacte, même si les plans d'investissement sont actuellement suspendus ».

L’équipe de gestion du fonds juge le mouvement de sell-off récent, comme une opportunité d'investissement dans certains secteurs plus sensibles à l’économie et oriente ses investissements vers des entreprises solides offrant des solutions climatiques. En particulier des entreprises bien positionnées pour s’affirmer comme des leaders de leur secteur lorsque la reprise arrivera et pour bénéficier de la mégatendance climatique et environnementale.


Une gestion des risques déjà éprouvée lors de la crise de 2008

Dans la tourmente des marchés actuelle, les valeurs les plus stables du portefeuille ont dégagé une performance relative positive, à l’image de certains des titres issus du secteur des services publics (utilities). « De plus, le fonds a bien sûr bénéficié de son exposition minimale aux services financiers et à l'énergie ». Concernant les contributions négatives, bon nombre de valeurs issues des secteurs industriels, plus sensibles à l'économie, affichent de moins bons résultats.

« Nordea 1 - Global Climate and Environment Fund est un fonds d'actions entièrement investi, il ne peut donc pas échapper aux grandes fluctuations des marchés boursiers mondiaux, bien que le portefeuille surperforme légèrement les actions mondiales (avant frais de gestion) à l’approche du terme du premier trimestre », observe Thomas Sørensen.

Après avoir lancé le fonds quelques mois seulement avant la crise du crédit de 2008, l’équipe de gestion a développé une solide approche de la gestion des risques. « Nous savons combien il est important de rester fidèle à la philosophie d'investissement et à la structure du portefeuille du fonds », affirme Thomas Sørensen.

Pour éviter les risques excessifs liés à des valeurs individuelles et à des secteurs en particulier, un cadre strict de gestion des risques au niveau du portefeuille est appliqué, y compris des limites sur la contribution des secteurs et des valeurs au risque total. Cela favorise ainsi une diversification optimalisée des sources de performances.

Lire la suite...


Articles en relation