Connexion
/ Inscription
Mon espace

Daniela Weber-Rey : l’exception internationale faite femme

ABONNÉS

Ce portrait s'inscrit dans une série consacrée aux femmes administrateurs par l'IFA, à l'occasion de la journée internationale des droits de la femme.

Voir aussi

 

Parcours : Avocate de formation, diplômée des universités de Francfort (1983) et de Columbia (1985), inscrite aux barreaux de Francfort et de New York, Daniela Weber-Rey a commencé ses activités professionnelles aux États-Unis. Associé senior au sein du grand cabinet de conseil international, Clifford Chance Francfort, elle est spécialisée dans les institutions financières et les fusions-acquisitions ainsi que dans Corporate Governance et Compliance. Elle est parallèlement membre des groupes d’experts européen sur le gouvernement d’entreprise et le droit des sociétés, membre du comité gouvernemental du code de la gouvernance d’entreprise allemand, et membre du Stakeholder Group auprès du régulateur européen pour les assurances (EIOPA) ainsi que d’autres institutions.

 

Mandats : Administrateur BNP Paribas - membre du comité de gouvernement d'entreprise et de nomination. Member of the Government Commission for the German Corporate Governance Code. Member of the Stakeholder Group of the European Insurance and Occupational Pensions Authority (EIOPA), Frankfurt. Member of the global Partnership Council of Clifford Chance. Member of the Board of the European Corporate Governance Institute (ECGI), Brussels. Member of the Advisory Board of the International Center for Insurance Regulation (ICIR), Frankfurt.

« Devenir administrateur n’était pas mon intention à l’origine. J’ai simplement voulu partager mes connaissances et mon expérience en matière de gouvernance d’entreprise et de régulation financière. J’ai été très bien accueillie en tant que femme au sein du Conseil ; je n’ai jamais constaté de différence de comportement, de contribution ou d’engagement liée à mon statut. Je n’ai jamais rencontré non plus le moindre problème à me faire entendre, à être prise au sérieux et à me faire accepter par les autres administrateurs, hommes ou femmes.

Je ne dis pas qu’être une femme dans un Conseil d’administration ne change rien. Au contraire, cela a certainement joué en ma faveur pendant toute ma carrière : on se souvient mieux de l’exception. Je sais que je représente un groupe rare dans les instances de direction, mais je suis aussi très consciente de mon savoir, de mes qualités de communication et de représentation ».

Lire la suite...


Articles en relation