Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Patrimoine et placements
ABONNÉS

Le succès du FAS luxembourgeois

Par Maxime Defasy, responsable des investissements d’Althos Patrimoine.

Méconnu du grand public, le fonds d’assurance spécialisé (FAS) luxembourgeois permet aux investisseurs de gagner en liberté et en flexibilité dans la gestion de leur épargne. Proposé par un nombre croissant de compagnies d’assurance, ce véhicule d’investissement fait de plus en plus d’émules dans le Grand-Duché.

Reconnus pour leur sécurité renforcée, les contrats d’assurance-vie luxembourgeois attirent mois après mois un nombre croissant d’épargnants français. Avec près de 56 Mds€ d’encours à fin 2018, la France s’impose en effet comme le premier marché géographique de l’assurance-vie du Grand-Duché. Si le volet sécuritaire - connu sous l’appellation de « triangle de sécurité » - explique en grande partie ce succès, les investisseurs sont également séduits par la souplesse offerte par ces contrats lors de la structuration des portefeuilles d’investissement. A travers les fonds dédiés, à l’image du FID (fonds interne dédié) ou encore le FIC (fonds interne collectif), l’épargnant dispose en effet de très nombreuses options de diversification et d’allocation d’actifs. Ces véhicules d’investissement permettent en effet aux souscripteurs de se bâtir un portefeuille sur-mesure tout en ayant un accès sans égal à des actifs sous-jacents traditionnellement réservés aux investisseurs institutionnels, à savoir des actifs non cotés tels que les OPPCI, les titres de SCI, la dette privée ou encore le capital-investissement (private equity).


L’absence de recours à une société de gestion

Afin d’offrir encore plus de flexibilité et de souplesse aux assurés, le régulateur luxembourgeois est allé encore plus loin en donnant naissance, en 2015, au FAS. Un véritable succès sur la place luxembourgeoise puisque, quatre ans après son lancement, un nombre croissant de compagnies d’assurance se positionnent aujourd’hui sur ce véhicule d’investissement, comme Allianz Luxembourg, dernier en date à avoir rejoint le mouvement.

Dernier né de la famille des fonds luxembourgeois, le FAS bénéficie exactement des mêmes caractéristiques que le FID ou le FIC en termes de sécurité (cantonnement des actifs auprès d’une banque dépositaire, statut de « super privilège » accordé à l’épargnant, garantie illimitée des dépôts), mais aussi de souplesse au niveau des choix de support (OPPCI, Private Equity, titres vifs, OPC institutionnels).

Mais l’atout principal du FAS est ailleurs. A l’inverse des autres fonds dédiés luxembourgeois, le FAS offre la possibilité de s’affranchir totalement des services d’un gestionnaire d’actifs, n’ayant plus désormais l’obligation de déléguer la gestion de son portefeuille au travers d’un mandat. L’investisseur gagne ainsi en flexibilité et en indépendance.


Des frais réduits

Autre avantage du FAS par rapport à un FID ou un FIC : les frais. Au-delà de la liberté offerte à l’épargnant, le non-recours à une société de gestion permet de réaliser des économies substantielles puisqu’un gestionnaire d’actifs coûte entre 0,20 et 1% de l’encours géré.

Toutefois, en se passant des services d’une société de gestion, l’épargnant devra piloter lui-même le passage des ordres auprès de sa banque dépositaire. Ainsi, le FAS s’adresse en priorité à des investisseurs avertis, disposant d’une bonne connaissance des marchés financiers. Dans le cas contraire, le recours à un conseiller financier est vivement recommandé face à l’immense palette de fonds d’investissement offerte par le FAS.

 

Lire la suite...


Articles en relation