Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Féminisation de la gouvernance des banques

La féminisation des instances de gouvernance des banques européennes a-t-elle évolué depuis la crise financière de 2008 ?

Alors que Christine Lagarde assume depuis le 1er novembre 2019 la présidence de la Banque Centrale Européenne, l'Observatoire SKEMA* de la féminisation des entreprises a mesuré la diversité des banques européennes et la place des femmes au sein de leur gouvernance sur une période de 10 ans (2008 à 2018).

Le 15 septembre 2008, la banque d'investissement américaine Lehman Brothers faisait faillite et marquait le paroxysme d'une des plus graves crises financières dans le monde. Cette faillite symbolisa les prises de risque démesurées et incontrôlées par les banques sur le marché des crédits immobiliers et sur celui des subprimes. L'origine de cette crise a donné lieu à de nombreuses hypothèses. L'une d'entre elles est que la prédominance de la gente masculine dans la gouvernance des établissements financiers fut à l'origine de ces prises de risque inconsidérées et qu'une plus grande diversité aurait limité ces risques.


Si la banque Lehman
Brothers s'était appelée Lehman Sisters...

Christine Lagarde, Ministre des finances en France en 2010, puis Directrice du FMI, a déclaré que si Lehman Brothers s'était appelée Lehman Sisters, l'industrie financière aurait connu un autre destin. A-t-elle raison ?


L'Observatoire
SKEMA de la Féminisation des entreprises a analysé la situation sur la période 2008-2018

Son directeur, le professeur Michel Ferrary, s'est penché sur la féminisation des 35 plus grandes banques européennes pour mesurer leur féminisation aux niveaux des conseils d'administration, des comités exécutifs et des effectifs en 2008. Il a également observé l'évolution entre 2008 et 2018 afin d'explorer 2 questions : Lehman Brothers est-il devenu Lehman Sisters ? Cette éventuelle féminisation a-t-elle un impact sur la performance des banques ?


En 2008, la gouvernance des banques européennes s'apparente à un « old boys network »
Les banques européennes sont des organisations féminisées : si les femmes représentent en moyenne 53,52% des effectifs, leurs instances de gouvernance sont quasi-exclusivement masculines.

En 2008, place des femmes dans les Conseils d'administration
Aucune des 35 banques n'a une femme comme présidente de son conseil d'administration ou au poste de directrice générale.
- les 35 banques comptaient 86 femmes parmi les 546 membres des conseils administration, soit 15,75% des administrateurs. Il y a, en moyenne, 2,45 femmes par conseil d'administration.
- 6 banques n'avaient aucune femme dans leur conseil d'administration (RBS, Rabobank, Bayerische Landesbank, Raiffensen, Banca Monte dei Paschi di Siena et Natixis) et seules 4 comptent 30% ou plus de femmes administratrices (Danske Bank, Svenska Handelsbanken, DNB et Swedbank).

En 2008, place des femmes dans les Comités exécutifs
-   les 35 banques comptent 22 femmes parmi les 304 membres des comités exécutifs, soit 7,23% des effectifs des comités exécutifs. Il y a en moyenne, 0,64 femmes par comité exécutif
-   22 banques sur 35 n'avaient aucune femme dans leur comité exécutif.


2008-2018 : fort accroissement de la présence des femmes dans les CA et les comités exécutifs

I - Conseils d'administration (2018) :
- les 35 banques comptent 168 femmes parmi les 487 membres des conseils d'administration, soit 34,49% des administrateurs. Il y a, à cette date, en moyenne, 4,80 femmes par conseil d'administration
- toutes les banques comptent au moins 1 femme administratrice et 25 sur 35 comptent 30% ou plus de femmes administratrices
Entre 2008 et 2018, le nombre des administratrices a augmenté de 95,34%.

II - Comités Exécutifs (2018) :
- les 35 banques comptent 81 femmes parmi les 409 membres des comités exécutifs, soit 19,80% des effectifs des comités exécutifs. Il y a, à cette date, en moyenne 2,31 femmes par comité exécutif
- seules 4 banques n'ont aucune femme dans leur comité exécutif (ING, Bayerische Landesbank, Raiffensen et Banco BPM).
Entre 2008 et 2018, le nombre de femmes dans les comités exécutifs a augmenté de 268%


Lehman
Brothers devient Lehman Sisters, sauf la direction...

De nombreux travaux en sociologie et en management insistent sur la nécessité d'atteindre une taille critique de 30% pour qu'un groupe social influence une organisation. En 2018, seules 7 banques ont plus de 30% de femmes dans leur conseil d'administration et dans leur comité exécutif : DNB, Intesa Sanpaolo, Nationwide Building, Rabobank, Svenska Handelsbanken, Swedbank, Standard Chartered.

Sur les 35 banques européennes, seules 2 d'entre elles ont une femme comme présidente (Chairman) : Banco Santander et DNB, et aucune d'entre elle n'a une femme comme directeur général (CEO).

Lire l'intégralité de l'étude 2019 de la féminisation des entreprises de l'Observatoire SKEMA ICI.

*Les travaux de l'Observatoire SKEMA de la féminisation des entreprises ont fait l'objet de nombreuses publications académiques et présentations dans des conférences scientifiques.

Lire la suite...


Articles en relation